Le petit cinéma de Tinchebray-Bocage vient de rouvrir ses portes après la pandémie et des travaux importants. Les cinéphiles de cette commune en zone rurale sont ravis de retrouver leur salle. Pour marquer le coup, un tout premier festival de film voit le jour sur place.

Tinchebray-Bocage est une petite commune de moins de 5000 habitants dans l'Orne. Claudine la connaît très bien. Elle y vit depuis plusieurs années. Ce vendredi 28 octobre, elle se précipite au petit cinéma de son village pour voir un film à 15h : "ça fait plaisir de pouvoir s'y rendre à nouveau, j'ai hâte de découvrir l'œuvre".

Comme Claudine, de nombreux cinéphiles sont heureux de retrouver la salle Augustin-Garnier. Le cinéma, à la façade datant de 1935 et dans le ton art-déco, a en effet rouvert ses portes après deux ans de crise sanitaire suivi de seize mois de travaux. Le bâtiment s’est adapté aux normes PMR, accueille maintenant des loges mieux isolées et plus grandes, des lumières à basse consommation. Et pour sa réouverture, le samedi 22 octobre 2022, la mairie et les membres de l'association Le Normandy, qui fait fonctionner le cinéma, ont sorti le grand jeu. Ils laissent Tinchebray faire son cinéma, jusqu'au dimanche 30 octobre 2022, avec son tout premier festival : « on a voulu mettre l’accent sur la région, avec des acteurs, films, producteurs ou réalisateurs originaires d’ici ou amenés par des gens d’ici » détaille Denis Boullé, le Président de l'association Le Normandy.

Tinchebray fait son cinéma

De nombreux enfants du pays sont présents pour l'occasion. C'est le cas de Christophe Castagne. Il est l'un des réalisateurs du film-documentaire For the Sake of Peace, sélectionné au Festival de Cannes. Une partie de sa famille vit toujours à Tinchebray, lui y a vécu durant son adolescence : "je venais souvent dans ce cinéma quand j'étais jeune, ça fait plaisir de se retrouver ici" raconte-t-il avec le sourire. Aujourd'hui, c'est lui qui projette son œuvre. Un documentaire qui parle du Soudan du Sud, le plus jeune État au monde, en guerre avec lui-même, avec plus de 350 000 personnes tuées depuis sa création en 2011. Proposer ce genre de film en milieu rural est une vraie fierté pour le réalisateur :

les personnes en zones rurales n'ont pas toujours accès à ce type de film, je trouve ça génial que ce petit cinéma associatif le propose

Christophe Castagne, réalisateur

À l'heure où certains cinémas meurent dans le pays à cause des multiples plateformes en ligne, le réalisateur est heureux que la petite salle de Tinchebray se batte en se démarquant avec ce type d'initiative.

Le cinéma : un moment de convivialité en zones rurales

Jusqu'à dimanche, après la projection de chaque film, un temps d'échange est mis en place entre, d'un côté, les acteurs et réalisateurs et, de l'autre, le public. Habituellement, dans cette commune éloignée des grandes villes, le cinéma est l'essence même de la convivialité. On va au cinéma à plusieurs ou bien en sortant d'une séance, un habitant rencontre son voisin, ils discutent et débâtent sur le film qu'ils viennent de voir : "la salle de cinéma c'est la culture au plus près des habitants de ces petites villes, nous voulions à tout prix maintenir cette activité qui parle au plus grand nombre ici" explique Monique Baudoux, membre de l'association Le Normandy. En zone rurale, c'est un atout qui contribue à l'activité du territoire.

Le petit cinéma de Tinchebray-Bocage est plutôt axé art-essai. Il va continuer à proposer des films d'auteurs, originaux suivis de débats. Il y aura aussi des séances grand public pour les grands mais aussi les plus petits et puis du théâtre.