Orne : l'hôte du mariage clandestin s'exprime : "Soit j'organisais ce mariage, soit je ne mangeais plus"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Boris Letondeur

Mardi 15 décembre, un mariage rassemblant plus de 150 convives a eu lieu clandestinement dans le domaine de l'Orangerie du Bois, à Avernes-Saint-Gourgon, près de Vimoutiers dans l'Orne. Après 25 heures de garde à vue, le gérant du site est poursuivi par la justice. Voici son témoignage. 

"On me traite et me regarde comme le pire des criminels". Lorsqu'il a repris l'Orangerie du Bois il y a 9 ans, A L. n'imaginait pas se retrouver un jour derrière les barreaux pour avoir fait son travail. C'est pourtant ce qui vient de lui arriver. 25 heures de garde à vue pour avoir hébergé un mariage clandestin, dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 décembre. Il est maintenant poursuivi pour exercice illégal de la profession et mise en danger de la vie d'autrui

A L. : "Clairement, je savais bien que je risquais des poursuites, mais je n'avais plus le choix. Soit j'organisais ce mariage, soit je ne mangeais plus, et je crevais. Côté trésorerie, on a tout écoulé, on est dans le rouge. En juin, juillet et août, on a fait zéro mariage mais on avait droit aux 1500 euros de compensation de l'Etat. Ca aidait tout juste à rembourser nos crédits. En septembre et octobre, nous avons pu organiser trois mariages en dernière minute. Ce n'était pas grand chose mais suffisant pour que je ne sollicite pas d'aide de l'Etat. En novembre, j'ai fait mon dossier, mais on me l'a cette fois refusé. C'est incompréhensible ! De leurs côtés, les banques ont refusé ma demande de gel de mes remboursements de crédit pendant six mois. Endetté, je n'avais pas d'autre choix que d'organiser ce mariage. Je ne pouvais pas me résoudre à ce que les huissiers débarquent à la maison." 

Malgré le confinement, A L. continue à recevoir des demandes de location pour son domaine. Il les décline toutes, sauf une. 

A L. : "Ca s'est organisé en dernière minute. Les clients m'ont contacté sept jours avant la fin du confinement. J'étais acculé, j'ai accepté. Je leur ai loué le domaine pour 1000 €, alors que le tarif habituel est de 3500 à 5000 €. Ils m'avaient dit qu'ils seraient entre 80 et 100. Je ne leur ai loué que la salle de réception. Contrairement à d'habitude, la prestation ne comportait pas les logements, ni le traiteur, ni les photos et vidéos. Dans le cahier des charges, l'aspect sanitaire était très strict, avec masques obligatoires et tests PCR".

"Là, c'est fini, j'arrête, je vends !" 

Mais comme on peut le voir sur les images que nous nous sommes procurées (vidéo ci-dessous), les convives n'ont pas tenu leurs engagements. Ils étaient plus de 150, sans masques ni distanciation sociale. Cela vaut aujourd'hui au propriétaire du domaine des poursuites judiciaires pour mise en danger de la vie d'autrui. 

Un mariage clandestin s'est tenu mardi 15 décembre à Avernes-Saint-Gourgon dans l'Orne.

A L. : "On me dit que j'ai mis des personnes en danger de mort, que je suis un criminel. Dans les rues de la commune, c'est ainsi que l'on me regarde maintenant. C'est ça le pire à supporter, le regard des gens. A la campagne, tout est amplifié, j'entends déjà des ragots qui colportent que je faisais des choses illégales depuis l'ouverture il y a quatre ans. C'est n'importe quoi !" 

Alexandre L. et son épouse ont placé toutes leurs économies dans l'Orangerie du Bois lorsqu'ils l'ont repris il y a 9 ans. Ils en ont fait un luxueux domaine, très prisé, notamment par la clientèle parisienne, qui représente 80 % des réservations en temps normal. Pourtant, comparée aux lourds investissement, l'affaire n'est pas assez rentable. Avec les annulations découlant de la pandémie de Covid-19, les propriétaires envisagent la vente du domaine. Ils publient d'ailleurs une annonce sur Le Bon Coin à la fin de l'été mais ne la renouvellent pas fin novembre. 

A L. : "On avait laissé ça en suspens mais là, c'est terminé, la décision est prise : on vend ! Cette garde à vue, c'est la goutte d'eau de trop. C'est fini, on arrête. On espère vendre rapidement mais que ceux qui ont déjà booké le domaine pour l'an prochain se rassurent, les mariages auront bien lieu, avec toutes les prestations prévues."

Une dizaine de couples fiancés ont déjà réservé l'Orangerie du Bois en 2021. Quant au propriétaire., il passera devant le tribunal correctionnel d'Argentan en avril pour répondre des faits qui lui sont reprochés.