Rave party près d’Argentan : une quarantaine de plaintes et du matériel confisqué

Publié le
Écrit par CM

Une rave-party s'est tenue illégalement durant tout le weekend à Boischampré, à une dizaine de kilomètres d'Argentan. Les gendarmes ont enregistré un grand nombre de plaintes de riverains et ont confisqué le matériel des organisateurs.

Les six sound-systems déployés sur un terrain de la commune de Boischampré ont commencé à déverser leur décibels vers 3 heures du matin ce samedi 15 octobre. La veille au soir, la préfecture de l'Orne avait pourtant pris un arrêté interdisant les rassemblements festifs à caractère musical, de type rave et free party, et le transport de matériel de diffusion musicale à destination de ce type de rassemblement. Pas de quoi réfréner les organisateurs de cette fête illégale qui a rassemblé durant tout le weekend près de 700 personnes. Et suscité la fureur de nombreux riverains.

Car c'est le troisième rassemblement festif de ce type organisé dans la commune de Boischampré depuis le début de l'été. Ce samedi, les forces de l'ordre recensaient déjà une vingtaine de plaintes et une cinquantaine d'appels d'habitants excédés. 

A l'issue du weekend, le nombre de plaintes s'établit à une quarantaine. Tout comme les infractions relatives aux stupéfiants relevées sur place par les gendarmes. Les militaires ont également procédé au retrait de 27 permis de conduire. Ils ont saisi du matériel appartenant aux organisateurs, des platines et générateur.

 Un important dispositif a été déployé autour du site durant tout le weekend : près de 200 militaires du groupement de gendarmerie départementale de l'Orne appuyés des collègues venus du Calvados ainsi qu'une équipe cynophile et le concours de la section aérienne de Rennes (hélicoptère). Ce qui n'a pas empêché la fête de se dérouler, suscitant l'incompréhension de certains riverains. Pour les gendarmes, il est très difficile voire impossible d'intervenir une fois la fête en place. Le risque d'affrontements et donc d'accidents est trop important. Les forces de l'ordre ne peuvent alors plus qu'assurer une mission de sécurisation des alentours. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité