Parole de citoyen. Georget, 18 ans, intérimaire : "On a tous des difficultés pour boucler les fins de mois"

Dans le cadre du Grand Débat National, nous allons à votre rencontre. Georget Soubrosse, 18 ans, nous a parlé de ses craintes, ses revendications et de l'avenir.

Goerget au stand du Grand Débat à la gare de Rouen
Goerget au stand du Grand Débat à la gare de Rouen © France 3 Normandie
Le Grand Débat se termine le 15 mars prochain et les français continuent d'écrire leurs doléances au Président de la République. A la gare de Rouen, la préfecture a accompagné, jeudi 28 février et vendredi 1 mars, les citoyens pour remplir les quatres questionnaires mis à leur disposition :
Stand du Grand Débat en gare de Rouen
Stand du Grand Débat en gare de Rouen © Hervé Colosio - France 3 Normandie


Parmi les Français qui se sont rendus en gare de Rouen, Georget Soubrosse. Le jeune homme de 18 ans est à la recherche d'un emploi. Il a participé au mouvement des gilets jaunes dès le mois de novembre, mais s'est mis en retrait depuis quelques semaines.

On est tous un peu gilet jaune, sourit Georget

Pour lui cette crise est le résultat du manque de pouvoir d'achat pour la classe moyenne. Il propose par exemple de baisser les taxes sur les produits de première nécessité comme le lait, les pâtes ou le pain.
 


VIDÉO : rencontre avec Georget Soubrosse sur le stand du Grand Débat, à Rouen

Parole de citoyen. Georget : "On a tous des difficultés pour boucler les fin de mois"
 

Malgré l'annulation de la hausse de la taxe carbone sur les carburants, il n'est pas convaincu par la sincérité du gouvernement. 

Quand on voit le prix du gasoil, c'est les montagnes russes, regrette le jeune homme.

Georget ne se sent pas représenté par la classe politique. "Par aucun d'entre eux," précisement. Il espère que le Grand Débat aura une issue positive. 

Peut-être qu'il y aura une prise de conscience de la part du Président, ça pourrait lui faire un électrochoc, espère Georget.

Comme jeune actif, Georget explique qu'il ne peut plus se faire plaisir "comme avant." Comme tout ceux qui sont passés sur le stand du Grand Débat ce jour, il espère être entendu par le Président de la République.
 

Le stand du Grand Débat en gare de Rouen

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grand débat national société gilets jaunes politique social économie