Fécamp : des ados arrêtés après s'être vanté sur Facebook d'avoir mis le feu

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Plumet

Les jeunes incendiaires reconnaissent être les auteurs des dégradations et d'un départ de feu lundi dernier dans l'usine Global Plastics et dans la cour d'un collège

Relevé d'ADN

C'est lundi dernier (16 février) en fin de journée, que les Sapeurs-Pompiers étaient alertés d'un incendie en cours dans les locaux de Global Plastics International, situés à l'entrée de Fécamp, le long du petit fleuve côtier La Valmont.
Les bâtiments et leurs abords étaient apparemment inoccupés, puisque cette entreprise d'emballage est placée en liquidation judicaire depuis plus de quatre mois et le licenciement  de 42 salariés.

La police, en rejoignant sur place les pompiers, vont constater que des rouleaux de matière plastique ont brûlé et que des vannes de cuves de produits chimiques ont été ouvertes, risquant de provoquer une pollution de la rivière.
Alors que des analyses de l'eau étaient demandées, les policiers débutaient leur enquête pour déterminer les circonstances de ces actes malveillants et tenter d'en retrouver les auteurs.


Sur Facebook

C'est à partir de relevés de traces et d'indices (empreintes digitales, empreintes de chaussures et ADN de contact) que les enquêteurs vont confondre trois suspects.
Mais c'est surtout grâce à Internet que les policiers fécampois vont pouvoir faire avancer rapidement leur enquête, après la découverte de la publication sur Facebook d'un message de jeunes se vantant d'avoir mis le feu au collège Jules Ferry.

C'est ainsi que mercredi après midi (18 février) deux jeunes âgés de 15 et 16 ans étaient interpellés. Un troisième ado, âgé de 14 ans, étant à son tour arrêté le lendemain matin.


Avec un briquet et une bombe aérosol

Trahis par leurs empreintes, les trois suspects vont reconnaître être entrés dans la cour de l'usine Global Plastic et avoir mis le feu à du plastique avec la flamme d'une torche réalisée avec un briquet et une bombe aérosol.  Un feu alimenté ensuite par des palettes de bois.  Les trois jeunes ont aussi reconnu avoir vidé quatre extincteurs  à poudre et ouvert les vannes de six cuves. 


Un second incendie au collège

Une fois sorti de l'usine, le trio va se séparer : un des trois ados (le plus jeune) va rentrer chez lui tandis que les deux autres se dirigent vers le collège Jules Ferry, situé une rue plus loin.  Arrivés devant la clôture, un des garçons va escalader le grillage, rentrer dans la cour et mettre le feu à une poubelle posée contre la cantine, occasionnant des dégâts au mur et au bardage du toit.


Remis à la Justice

Placés (moins de 24 heures) en garde à vue, les trois jeunes ont été présentés hier (jeudi 19 février)  au tribunal pour enfants du Havre en vue d'une mise en examen par le juge pour enfants