Cet article date de plus de 5 ans

Pour le meeting au Havre de Nicolas Sarkozy, l'UMP a déboursé 3.200 euros de jet privé

Certes, le meeting était organisé dans la petite salle du quartier de Bléville, au Havre... Mais pour arriver depuis Paris, ce mardi 26 mai, le président de l'UMP a pris... un jet privé. Coût de l'opération pour le parti, pourtant fortement endetté : 3.200 euros.

© France 3 Baie de Seine
L'information a été révélée hier mercredi par nos confrères du Petit Journal. Pour venir faire son meeting au Havre mardi soir, le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, a eu recours aux services d'une compagnie aérienne privée. Un voyage en jet estimé à 3.200 euros pour venir de Paris.

Et pourtant, les finances de l'UMP sont plombées par une dette de 74,5 millions d'euros, comme le révélait un audit financier publié en juillet. Et l'heure est officiellement aujourd'hui aux économies.

Un "faux procès", selon l'UMP


Selon le trésorier du parti, Daniel Fasquelle, c'est : "un faux procès". C'est selon lui "archi exceptionnel" que Nicolas Sarkozy prenne ainsi l'avion. "Il l'a pris à deux reprises", a-t-il précisé. Son entourage poursuit : "Nicolas Sarkozy prend régulièrement à son compte, de façon personnelle, des dépenses liées à son activité de président de l'UMP, notamment tout ce qui concerne les frais d'intendance".

Pourquoi avoir choisi le jet privé plutôt que le train ou la voiture ?


Quand même, un trajet en train entre Paris et Le Havre coûte une cinquantaine d'euros en première classe. Et en voiture, il faut compter une petite quarantaine d'euros, pour le péage et l'essence.

La même source se justifie : les critères sont "liés à la distance, aux contraintes d'agenda et à l'accessibilité des sites". Dans la majorité des cas, les transports publics sont privilégiés. Deux fois cependant sur une vingtaine de déplacements, les services d'une compagnie d'aviation privée ont été utilisés pour permettre à Nicolas Sarkozy de respecter ses engagements d'agenda".

Pour rappel, le même trésorier du parti prévenait dimanche dans le JDD que le Congrès du parti samedi prochain serait modeste. Il conseillait même aux militants "d'apporter leur sandwich".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique polémique société les républicains nicolas sarkozy