Pigeons et “crickets” : les moyens de communication pendant la guerre et le débarquement

Pigeon voyageur transportant les messages exposé au musée mémorial de la bataille de Verdun. / © Maxppp
Pigeon voyageur transportant les messages exposé au musée mémorial de la bataille de Verdun. / © Maxppp

On pensait tout savoir de l'opération Overlord, l'une des batailles les plus célèbres de l'histoire. Pourtant, les moyens de communications utilisées à l’époque, notamment par les armées britanniques et américaines, pourraient sembler singuliers aujourd’hui…

Par SN

Les pigeons voyageurs


Durant la seconde guerre mondiale, la plupart des communications alliées avec la Résistance française étaient assurées par des messagers ailés. En effet, les liaisons radios pouvaient être difficiles voire dangereuses si elles étaient interceptées par l’ennemi. Ce sont les armées américaines et britanniques qui avaient particulièrement recours aux pigeons voyageurs. Ainsi, 200 000 oiseaux sont utilisés par la Royal Air Force (RAF) et près de 46 000 par les américains.


Du côté allemand, les pigeons étaient utilisés dans tous les pays occupés. Ils servaient à Hitler durant l’invasion de la France mais aussi dans les Balkans. Pour s’occuper des 50 000 oiseaux de l’armée allemande, 800 hommes travaillaient dans les services colombophiles germaniques.


Un reportage d enos confrères de CBS News sur l'importance des pigeons pendant la Seconde Guerre Mondiale:



Le « cricket » des parachutistes


Ce sont les américains qui ont eu l’idée de réutiliser le principe d'un jouet très répandu à l'époque et qui consistait en une lame ressort d'acier émettant un claquement une fois pressé. C’est plus précisément, le commandant Taylor, futur général commandant la 101ème division aéroportée américaine, qui réalisa l'importance de la communication au sein des unités parachutées en territoire ennemi, après l'un de ces parachutage au-dessus de la Sicile en 1943. Ainsi, disséminés à de multiples endroits, des parachutistes isolés ont eu bien du mal à retrouver leurs camarades sans risquer de s'exposer aux tirs adverses.


C'est l'entreprise anglaise The Acme qui a reçu la commande de plusieurs milliers de petits crickets en laiton de forme parallélépipédique, certains furent réalisés en laiton chromé. Seule la 101ème Airborne Division a été pourvu de crickets, et uniquement les parachutistes de la division l'ont reçu en dotation quelques jours avant le 6 juin 1944. Il n'est pas rare d'entendre les fameux "clic-clac" lors des cérémonies commémoratives...


Un extrait du film Le jour le plus long dans lequel on entend les fameux "cricket"




A lire aussi

Sur le même sujet

300 retraités dans les rues du Havre

Les + Lus