"Qu'on ne nous oublie pas" : 250 brasseries indépendantes pourraient fermer en 2024

Les brasseurs indépendants tirent la sonnette d'alarme. Si rien n'est fait, 10% des brasseries pourraient baisser le rideau en 2024. Des charges en hausse, une taxation trop élevée, ils n'arrivent plus à joindre les deux bouts. Ils en appellent au gouvernement.

Ils sont 2500 brasseurs indépendants en France et 10% d'entre eux envisagent de fermer en 2024. Trop de charges, des matières premières qui flambent et une taxation sur l'alcool injuste à leurs yeux. Le syndicat des brasseries indépendantes tire la sonnette d'alarme et demande au gouvernement de ne pas les oublier. 

Ce n'est sûrement pas intentionnel, mais nous sommes les grands oubliés du gouvernement.

Éric Lecointre, responsable du Syndicat nationale des brasseries indépendantes de la Manche

Après un passage difficile en 2020, avec la covid-19, la profession subit de plein fouet les conséquences de la guerre en Ukraine. La hausse du prix des matières premières, le malt d'orge, le prix du verre et surtout le prix de l'électricité ont mis les brasseurs indépendants sur la paille. "Dans ma brasserie de Barneville-Carteret, dans la Manche, ma facture d'électricité mensuelle est passée, en une année et demie, de 800 à 1800 euros" précise Éric Lecointre, le responsable pour la Manche du syndicat des brasseries indépendantes. 

Malgré une augmentation des prix de vente de 2,5% en 2024, les brasseurs estiment que le compte n'y est pas. Ils demandent une harmonisation sur la taxation des boissons alcoolisées, notamment sur les impôts indirects, avec les viticulteurs. Sur ces impôts indirects, appelés "droits d'accise", les vins sont taxés par hectolitre alors que les bières sont taxées par hectolitre et par degré d'alcool. Injuste, estime les brasseurs indépendants. 

Malgré ces difficultés, la vie continue

Ce samedi 17 et dimanche 18 février 2024, se déroule à Bretteville-sur-Odon, dans l'agglomération caennaise, le 1ᵉʳ festival de la bière artisanale normande.

Une trentaine de brasseries artisanales participent à cette première. Il existe en Normandie 120 professionnels. 

Pendant deux jours, ce rendez-vous permet aux micro-entrepreneurs normands d'exposer leurs produits auprès des consommateurs. Une belle vitrine dans ces temps difficiles où les brasseurs tirent la langue sur le plan économique.

Pour eux, c'est compliqué dans le contexte actuel. Il s'agit de micro-entreprise et ce salon leur permet de faire connaitre leurs bières, souvent méconnues du grand public.

Laurent Cousin, Event&Vous, organisateur du festival de la bière artisanale normande

Alors, si vous voulez découvrir les charmes des bières locales et aider en même temps les brasseurs normands, la Baronnie de Bretteville-sur-Odon, près de Caen vous attend, mais attention, c'est à consommer avec modération.