Quand François Morel se paye le D-Day land, "une idée à la con"

Ce vendredi matin dans sa chronique hebdomadaire sur France Inter, l'humoriste, acteur et comédien ornais a fustigé "Hommage aux héros", le futur parc à thème consacré au 6 jui 1944. François Morel prend clairement le parti des détracteurs de ce projet qualifié de "D-day land".

François Morel fait partie des 140 personnalités qui s'engagent contre le projet "Hommage aux Héros".
François Morel fait partie des 140 personnalités qui s'engagent contre le projet "Hommage aux Héros". © France Inter

"On le croyait annulé. En, fait, dans la torpeur covidesque, il avance en silence. Je parle du fameux projet appelé le D-Day Land ! ".  L'auditeur normand de France Inter a probablement brusquement posé sa tasse de café ce vendredi matin et monté le son de sa radio pour entendre ce que Monsieur François Morel, grande fierté de l'ex Basse-Normandie et figure tutélaire de Saint-Georges-des-groseillers dans l'Orne, avait à dire sur ce nouveau projet de commémoration du 6 juin 1944.

Car cela fait bien trois mois que les médias régionaux n'ont pas écrit sur "Hommage aux héros", y compris France 3 Normandie. L'affaire divise les ex Bas-Normands, du simple visiteur de musée ou joggeur du dimanche matin à Omaha beach, aux plus éminents historiens et spécialistes de cette journée extraordinaire qui lanca le début de la libération de l'Europe du joug nazi.

Pour François Morel, "Hommage aux héros",  car c'est ainsi que les promoteurs du projet ont intitulé leur projet de triptyque théâtral mobile, est tout simplement "une idée à la con"

 

"Une idée à la con"...

François Morel abhorre cette idée car il la trouve uniquement mercantile : "Se recueillir sur les tombes des américains tués pour avoir combattu le nazisme, marcher sur les plages et profiter du ressac pour laisser son esprit vagabonder en invoquant ses hommes si jeunes, si courageux qui, un matin de printemps 1944, avaient risqué, parfois perdu la vie, pour que d’autres puissent être libres, c’est très gentil mais ça ne rapporte rien ! C’est quand même dommage, tout ce sang versé pour si peu de dividendes ! ".

Sa détestation est telle qu'il va jusqu'à déformer quelque peu la réalité. Car, non, "Hommage aux héros" ne prévoit pas d'attractions formidables où l'on aura la sensation "de rester coincé sur l’église de Sainte-Mère-Eglise".

Voici ce qu'en disaient les promoteurs en octobre dernier lors d'une réunion publique à Carentan dans la Manche, l'une des villes (l'autre candidate est Bayeux) succeptible d'accueillir ce nouvel hommage aux hommes du d-day.

 

Les opposants de plus en plus nombreux

Roberto Ciurleo, l'un des trois porteurs du projet a beau répéter "On est sincère dans notre démarche, on est vraiment dans ce devoir de transmission et ça il ne faut pas le remettre en question", les oppositions ne cessent de croître. 

François Morel fait partie des 140 personnalités qui ont adressé le lundi 25 janvier une lettre ouverte à Hervé Morin, président de la Région Normandie, Marc Lefèvre, président du Département de la Manche, et Jean-Pierre L'honneur, maire de Carentan, pour dénoncer ce "d-day land". Selon nos confrères de la Manche Libre qui ont eu accès à la lettre, ils se demandent comment il sera financé, s'interrogent sur les 40 ha de terres agricoles choisies et remettent en cause sa dimension éducative.  

En septembre dernier, ce sont des proches des commandos Kieffer qui avaient publié une tribune pour exprimer leur opposition. Et ils n'ont pas mâché leurs mots. "Les familles du commando Kieffer n'accepteront pas que le nom de leurs pères soit associé, de quelque manière que ce soit, à ce parc", a rappelé George de Montlaur, "Peut-on imaginer ces lieux où sont morts et reposent tant d'Amérciains, de Canadiens, de Français, d'Allemands, devenir un parc où un spectacle où des milliers de consommateurs pourront visiter un village "à la 1944" et assister à une parodie de guerre avant d'acheter des souvenirs de guerre et des spécialités gastronomiques normandes ?" 

Sur Facebook, un compte "D-Day Land NON" a vu le jour et relaie toutes les informations autour de cette cinéscénie du débarquement.

 

Le site de Carentan retenu ?

Si la protestation grandit, c'est parce que le projet avance. Le maire de Carentan, Jean-Pierre L'honneur, nous a confié que dans les jours qui viennent, les promoteurs du projet se réuniront avec le cabinet d'architectes canadiens chargé d'étudier la faisabilité technique du concept. Le lieu idéal pour que les touristes puissent accéder très facilement au site, a été clairement identifié. Il est situé au croisement de la nationale 13 et de la nationale 174.

Des terres agricoles qui ont été préemptées par la mairie de Carentan qui, si ce n'est pas encore officiel, se réjouit de l'arrivée d'un tel parc sur sa commune. La ville de Bayeux montrant beaucoup moins d'intérêt pour "Hommage aux héros", Jean-Pierre L'honneur veut croire que sa ville sera retenue. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
humour histoire culture débarquement dday