Ramenez vos médicaments non utilisés en pharmacie : Cyclamed se charge de les valoriser

L'éco-organisme Cyclamed mobilise les citoyens sur la nécessité de ramener les Médicaments Non Utilisés -MNU- en pharmacie, pour des raisons à la fois sanitaires et environnementales. La Normandie est une bonne élève en la matière.

© France 3 Normandie
Que faire de nos médicaments non utilisés qui s'entassent dans un coin de la salle de bain ?
La plupart d'entre nous avons des scrupules -justifiés- à les jeter de peur de polluer, ou parce qu'on s'imagine qu'ils pourraient être utiles à d'autres. 
Ou bien l'on se dit qu'ils nous serviront bien à un autre moment, tout en sachant qu'une prescription ne vaut que pour une pathologie donnée et qu'il n'est jamais souhaitable de jouer aux apprentis sorciers.
Alors quoi ? Puis-je rapporter mes médicaments dans n'importe quelle pharmacie ?
Oui et c'est même tout à fait souhaitable pour participer à la chaine vertueuse du recyclage des médicaments.

L’association Cyclamed, éco-organisme agréé par les pouvoirs publics, a pour mission de collecter et de valoriser les Médicaments Non Utilisés (M.N.U.).
Qu'ils soient toujours valables ou périmés, les médicaments doivent être rapportés par les patients dans les pharmacies.

Il s'agit d'une part d'éviter une utilisation non appropriée de ces médicaments, mais surtout de sécuriser leur élimination, préservant ainsi la santé publique et l'environnement.
Santé publique, car les accidents médicamenteux sont responsables d'une hospitalisation sur 10 en France -soit 143 915 hospitalisations par an-, et de plus d'une intoxication sur deux chez les enfants.
Environnement, car les médicaments laissés dans la nature peuvent polluer les eaux et les sols, puisqu'ils ils contiennent des principes actifs.
 
© France 3 Normandie
 

Ne rapportez que les médicaments !

Les pharmaciens rappellent qu'ils récupèrent essentiellement les médicaments.

Ne rapportez que les médicaments, pas les boites ni les notices, ni les médicaments vétérinaires, ni la para pharmacie !! 

Marie-Hélène Lalande, pharmacienne à Petit-Couronne

Dans cette pharmacie de Darnétal, le flux est continu entre les livraisons de médicaments, et ceux qui repartent pour être pris en charge par Cyclamed, puis détruits.
"Il y a longtemps, on récupérait les médicaments pour les emmener dans des pays défavorisés. Maintenant ils sont détruits systématiquement dès qu'ils sortent de la pharmacie. Ce qui permet d'éviter qu'ils tombent dans de mauvaises mains et de polluer l'environnement." explique Pierre-Yves Quënnec, pharmacien à Darnétal.

Les livraisons de médicaments se font deux fois par jour, et les grossistes répartiteurs assurent aussi le retour des médicaments non utilisés auprès de Cyclamed qui se charge de les détruire et de les valoriser.

Les médicaments sont amenés par les grossistes répartiteurs vers une unité de valorisation (principalement à Grand-Quevilly pour la Normandie). Ce qui permet de les transformer en électricité et en chaleur

Thierry Moreau-Defarges, président de Cyclamed

Des normands éco responsables

Les français sont de plus en plus conscients que le médicament n'est pas un produit comme les autres. 
Ils ramènent en moyenne 159 grammes de médicaments par habitant et par an.
La Normandie est à 174 g par habitant et par an.
"Est ce que les normands rapportent plus parce qu'ils consomment plus de médicaments, ou parce qu'ils ont une conscience écologique ? Nous n'avons pas encore ce type de données" continue Thierry Moreau-Defarges, président de Cyclamed.

Néanmoins, on est passé en quelques années de 20% à 45% de français rapportant leurs médicaments dans les officines, et 80% se disent prêts à le faire
Les pharmaciens jouent un rôle majeur dans l'éducation des citoyens, d'autant que 4 millions de français y passent chaque jour.
Au total, Cyclamed valorise 10 675 tonnes de médicaments non utilisés par an. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société environnement région normandie santé