Record de chaleur dans la Hague : en Normandie, c'est l'été au mois de mai

Publié le Mis à jour le

Le coup de chaud de ces derniers jours devrait faire de ce mois de mai un des plus chauds jamais enregistrés en Normandie.

Et dire qu'il neigeait encore en avril ! La météo aurait-elle définitivement perdu sa boussole ? "Le temps, ce n'est pas un film régulier. Il y a toujours des variations", nuance Jean-Paul Pasquet, prévisionniste à la station Météo-France de Carpiquet. Le mois d'avril 2022 en est la parfaite illustration : après un épisode hivernal, le temps a été printanier et les températures moyennes ont finalement été plus élevées que celles du mois d'avril 2021. Malgré la neige...

Le mois de mai avait débuté dans la douceur, jusqu'à ce coup de chaud déconcertant. Un record vieux de cent ans est même tombé dans la La Hague. Ce 17 mai, le thermomètre a affiché 26,6 °C. Il fallait remonter au 21 mai 1922 pour retrouver une température de 26°C. Dans cet habituel havre de fraîcheur, le soleil est rarement aussi chaud, même au cœur de l'été !

Vers un mois de mai record

Ailleurs en Normandie, les records n'ont pas été battu ce 17 mai, mais il s'en est fallu de peu. Météo-France a enregistré 27,8°C à Evreux, et 28,7° à Caen où le record pour un mois de mai, 30,4°C date de 1953. "Le mois de mai 2022 sera parmi les plus chauds, prédit le prévisionniste Jean-Paul Pasquet en se référant aux données statistiques : "Entre le 9 et le 16 mai, la moyenne des températures arrive au deuxième rang pour cette période après 1998".

Les épisodes de chaleur ne sont pas si rares à cette saison. Météo-France le rappelle : "Le mois de mai est un mois de printemps où on peut à la fois enregistrer les dernières gelées en plaine et observer les premières fortes chaleurs". Pour mémoire, en Normandie, le mois de mai 2021 fut bien pourri, avec du vent, de la pluie et des températures bien fraîches. Quel contraste !

Les premiers mois de 2022 sont secs

Il faut toutefois s'attendre à ce que ces anomalies estivales au printemps finissent par être courantes : "Dans le contexte du changement climatique, notons que les périodes de vagues de chaleurs sont amenées à devenir plus fréquentes, et tendent à s’installer plus précocement au cours du printemps qu’avant", écrit Météo-France. Cet évolution du climat aura forcément une incidence sur l'environnement. Plus il fait beau, moins il pleut. A la station météo de Carpiquet (Calvados), Jean-Paul Pasquet note que "l'hiver a été peu pluvieux. Le printemps est assez sec. Il faudra surveiller la sécheresse".