Régionales: un débat à 6 voix sur l'avenir du ferroviaire en Normandie

Le rail était au menu de la campagne des élections régionales hier soir à Saint-Lô, dans la Manche. Les candidats de 6 listes ont débattu de l'avenir de la politique régionale du train.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
L’association de défense de la ligne Caen-Rennes a eu le nez creux en invitant le rail dans le débat.
Un sujet qui fâche dans les 5 départements normands. Les 2 régions ont fait le job pour la desserte régionale, avec le réseau TER, mais on est loin du compte avec les liaisons externes, plombées par le sous investissement.

Certes,  un projet de ligne nouvelle Paris-Normandie est sur les rails, mais il devrait voir le jour en… 2030 ! Pour un coût prévisonnel de 12 milliards.
Hier soir, les candidats présents (PS, UDI-Les Républicains, Front de Gauche, Debout la République, Europe-Ecologie, Front National) ont présenté des opinions consensuelles.

Une question centrale, dans cet échange : comment équilibrer les budgets entre les investissements à long terme, (la création d'une ligne nouvelle) avec l'amélioration des trains du quotidien sur les petites dessertes ?

Le reportage d’Erwan de Miniac et Joël Hamard
Intervenants:
Laurent Beauvais, président (PS) de la région Basse-normandie - candidat liste PS
Nicolas Bury, candidat (FN) aux élections régionales
Hervé Morin, tête de liste UDI-Les Républicains aux élections régionales
Xavier Jacquet, président de association ADPCR