Reprise de l'école pour tous le 22 juin : les parents partagés entre angoisse et confiance

"Notre but c'est qu'il y ait le plus d'élèves possible qui reviennent", a expliqué Jean-Michel Blanquer, après l'annonce par Emmanuel Macron que les écoles et collèges rouvriraient pour tous, à compter du 22 juin. Les parents, eux, oscillent entre une certaine confiance et une totale défiance. 

Le lundi 22 juin, les écoliers et les collégiens devraient tous reprendre le chemin de l'école. Le Président Emmanuel Macron l'a clairement annoncé dans son allocution du 14 juin.
 

​​​​​​​

Reste la déclinaison sur le terrain et toutes les mesures qui doivent mises en place pour que cela fonctionne pour les plus petits de maternelle jusqu'au plus grands au lycée. Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer se veut enthousiaste. Oui, il ne reste que 15 jours de classe mais 15 jours importants. 

Selon un sondage sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro: 45% des parents remettront leurs enfants à l'école, 30% hésitent et 25% d'entre eux refusent tout net. 

"Le pays entier reprend. Mes filles iront à l'école, tous les jours pendant 15 jours, cantine comprise"

Ce père de famille est catégorique. Pas de problème. "Nos filles sont re-scolarisées depuis le 12 Mai dernier. A l'époque, on s'est posé des questions, ma femme et moi, et on a décidé de ne pas les mettre à la cantine ni en périscolaire.  L'école un jour sur deux, c'était surtout beaucoup de travail à la maison. Avec le télétravail de mon épouse et moi-même, c'était compliqué à gérer. On est plutôt content que l'école reprenne à plein temps. On va pouvoir travailler plus sereinement et puis, pour les filles aussi. L'année scolaire 2020  va pouvoir se terminer presque à la normale, toute la classe, ensemble. C'est important que le lien social de la classe soit rétabli avant la trêve estivale. On n'est pas inquiet sur les mesures barrières. De toute façon, tout le pays déconfine, c'est normal que l'école aussi assouplisse les règles sanitaires."

"Ma fille n'ira pas à l'école. Les mesures de sécurité ne sont pas suffisantes de mon point de vue"

Autre son de cloche radicalement opposé. Mme M. ne comprend pas le changement d'attitude du gouvernement concernant l'école.

" L'école avait rouvert. Les enfants assistaient au cours par petits groupes, un jour sur deux. J'étais rassurée : les mesures sanitaires de distanciation étaient respectées, la maîtresse était très attentive au lavage des mains. Bref, on voyait que tout le monde était vigilant. Et puis, paf, du jour au lendemain, plus rien, plus de distance obligatoire ( ma fille est en CM2) les élèves seront les uns à côté des autres, pareil à la cantine...Je ne la mettrai pas à l'école pour les quinze jours restants : pour la protéger elle, mais aussi pour nous protéger nous, ses parents, et sa grand-mère qui est une personne vulnérable. J'ai heureusement les moyens financiers de la garder à la maison mais je suis en colère. De mon point de vue, l'école de la République ne garantit pas la sécurité de ma fille. et du coup, je suis obligée de la déscolariser alors que tout fonctionnait très bien. J'espère que je n'aurais pas d'amende. Ce serait le pompon.."

30% des parents interrogés ne se sont pas encore prononcés sur la reprise ou non des cours pour leurs enfants. Le repos du weekend portera conseil mais le point de vue des familles différe beaucoup selon la proximité d'un parent vulnérable et le besoin de retour au travail serein des parents. ​​​​​​​

Protocole sanitaire national: rappel des consignes
"La principale évolution du protocole sanitaire concerne l'assouplissement des règles de distanciation physique dans les écoles et les collèges. Les mesures pour éviter le brassage des groupes et pour garantir l'hygiène des mains demeurent essentielles." 
  • Accompagnateurs et intervenants extérieurs : toujours "munis d'un masque grand public", ils peuvent désormais "entrer dans les bâtiments scolaires après nettoyage ou désinfection des mains".  
  • Distanciation physique en général : "La règle indicative de surface de 4m² par élève ne s'applique plus, dans les locaux comme dans les espaces extérieurs". 
  • Distanciation physique en maternelle : à l'école maternelle, "entre les élèves d'une même classe ou d'un même groupe, aucune règle de distanciation ne s'impose, que ce soit dans les espaces clos (salle de classe, couloirs, réfectoire, etc.) ou dans les espaces extérieurs. En revanche, la distanciation physique [d'un mètre latéral, ndlr] doit être maintenue entre les élèves de groupes différents". 
  • Distanciation physique dans les écoles élémentaires et les collèges : dans les écoles élémentaires et les collèges, "le principe est la distanciation physique d'au moins un mètre lorsqu'elle est matériellement possible, dans les espaces clos (dont la salle de classe), entre l'enseignant et les élèves ainsi qu'entre les élèves quand ils sont côte à côte ou face à face. Elle ne s'applique pas dans les espaces extérieurs entre élèves d'une même classe ou d'un même groupe, y compris pour les activités sportives". Il est précisé que "L'organisation de la classe à l'air libre est donc une possibilité encouragée" et que "tous les espaces de l'établissement peuvent être mobilisés (CDI, salles informatiques…), y compris pour proposer d'autres activités (études, 2S2C [dispositif Sport-Santé-Culture-Civisme, ndlr])". En outre, "si la configuration des salles de classe (surface, mobilier, etc.) ne permet absolument pas de respecter la distanciation physique d'au moins un mètre, alors l'espace est organisé de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves, et les élèves de plus de 11 ans doivent porter le masque de protection dans la classe. La distanciation physique doit être maintenue entre les élèves de groupes différents".  
  • Distanciation physique dans les lycées : Dans les lycées, c'est "une distance minimale d'un mètre" qui doit être respectée "entre chaque personne, dans les espaces clos et dans les espaces extérieurs". Il est également ajouté dans le protocole que "L'ensemble des publics habituellement hébergés peut être accueilli dans les internats. La distance entre les lits doit être d'au moins un mètre". 
  • Lavage des mains : en plus des gestes barrière en général, qui sont maintenus, le lavage des mains "aux lavabos peut se réaliser sans mesure de distance physique entre les élèves d'une même classe ou d'un même groupe". 
  • Port du masque pour les personnels : le port du masque "n'est pas obligatoire pour les personnels enseignants lorsqu'ils font cours et sont à une distance d'au moins un mètre des élèves". Quand le masque n'est pas utilisé, "il peut être soit suspendu à une accroche isolée, soit replié sans contacts extérieur/intérieur (ne pas le rouler) et stocké dans une pochette individuelle". 
  • Port du masque pour les élèves : rien ne change. Pour les élèves de maternelle, il "est à proscrire" ; pour les élèves des écoles élémentaires, il n'est "pas recommandé mais des masques sont à disposition pour équiper les enfants présentant des symptômes dans l'attente de leur départ de l'école" ; et pour les collégiens/lycéens, le port du masque "grand public" "est obligatoire lors de leurs déplacements". 
  •  Ventilation des classes et autres locaux : "En cas de ventilation mécanique, il s'agit de s'assurer de son bon fonctionnement et de son entretien". 
  • Limitation du brassage des élèves : "Cette limitation est d'autant plus nécessaire lorsque la distanciation entre élèves d'un même groupe est réduite comme à l'école maternelle ou, le cas échéant, à l'école élémentaire et au collège". 
  • Restauration scolaire : "Elle est organisée dans les lieux habituels et doit être privilégiée. Les flux et la densité des élèves sont organisés en respectant la distance d'au moins un mètre entre les groupes d'élèves appartenant à une même classe dans les écoles maternelles. S'agissant des élèves des écoles élémentaires et des collèges, lorsque le respect de la distance d'un mètre entre élèves est matériellement impossible, il convient de faire déjeuner les élèves d'une même classe ensemble et de respecter une distance d'au moins un mètre avec les autres groupes". 
  • Nettoyage et désinfection des locaux et matériels : "Un nettoyage des sols et des grandes surfaces (tables, bureaux) est réalisé au minimum une fois par jour". Par ailleurs, "Un nettoyage désinfectant des surfaces les plus fréquemment touchées par les élèves et personnels dans les salles, ateliers et autres espaces communs (comme les poignées de portes) est également réalisé au minimum une fois par jour". Quant aux "tables du réfectoire", elles sont "nettoyées et désinfectées après chaque service". 
  • Accès aux jeux extérieurs, aux bancs, aux espaces collectifs : il est autorisé "si un nettoyage quotidien est assuré (ou après une période sans utilisation d'environ 12 heures).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement éducation société