Une année 2019 "satisfaisante" pour les activités du port de Dieppe

Pêche, commerce, réparation navale, transmanche : les chiffres sont globalement bons, mais les conséquences d'un Brexit nécessitent des investissements et des travaux
 

L'avant-port de Dieppe et le car-ferry en provenance de Newhaven
L'avant-port de Dieppe et le car-ferry en provenance de Newhaven © Judikaelle Rousseau / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
Janvier est le mois des cérémonies de vœux. Mais aussi l'occasion, chiffres à l'appui, d'analyser l'année écoulée.
C'est le cas à Dieppe, où en ce début 2020, le bilan de l'activité économique des douze derniers mois a été présenté et plus précisément celui du port.
 

Poisson dieppois…

Si le secteur de la pêche est dans le vert avec une augmentation de 30% par rapport à l'exercice 2018, certaines activités sont en revanche en légère baisse comme par exemple le trafic portuaire lié aux éoliennes. 36 000 tonnes de pièces d'éoliennes ont été débarquées sur les quais dieppois en 2019, soit 16% de moins qu'en 2018.

Ce qui est intéressant c'est qu'on a donc des chiffres très importants, une augmentation de l'ordre de 30% sur l'année 2019, mais on sait déjà que le début de saison 2019-2020, sur les trois premiers mois, on est également en progression. C’est-à-dire qu'on est sur une tendance de pêche artisanale dieppoise qui se porte bien et qui est en augmentation sur maintenant quasiment deux exercices.
La majorité des espèces qui sont pêchées à Dieppe c'est la coquille Saint-Jacques, c'est "l'or blanc" de notre port, et bien évidemment on l'a valorisé par des labels nationaux, des labels rouges, qui font que la réputation de cette coquille dieppoise est mise largement en avant sur le plan national, à partir du port de Dieppe.

- Jean-Christophe Lemaire, vice-président de Ports de Normandie

 
durée de la vidéo: 01 min 57
Une année 2019
VIDEO : le reportage de Grégory Archiapati et Judikaëlle Rousseau (montage : Christophe Charbonnier)
 

En attendant le Brexit

Si la réparation navale a connu une "forte hausse" de son activité les douze derniers mois, la "stabilité" de la liaison transmanche Dieppe-Newhaven peut susciter quelques inquiétudes pour l'avenir si rien n'est fait pour faire face au Brexit.

Sur cette ligne vers l'Angleterre, le fret a perdu 2,5% d'activité avec 38.000 passages de camions. Le trafic passagers est lui aussi en (très légère) baisse avec
376.200 personnes en 2019. Manifestations et blocages des accès au terminal transmanche, mais surtout les premiers effets du Brexit (et ses incertitudes), sont à l'origine de cette "stagnation"

Sur tout le détroit, le trafic transmanche a été plutôt en stagnation, du fait de la valeur de la Livre Sterling, du fait de la période pré-Brexit, avec donc de grosses interrogations. Et je dois dire que DFDS quoi gère cette ligne ici à Dieppe a bien maintenu le cap. Pour 2020, on a bien évidemment tous les investissements qu'on a mis en place concernant le Brexit, comme par exemple les 700.000 euros qui ont été engagés l'année dernière pour la poursuite et le développement de la ligne transmanche, et nous avons des travaux importants qui sont envisagés quai de Norvège, de l'ordre de quasiment 10 millions d'euros, pour permettre la poursuite de l'accueil de navires de commerce de plus en plus importants.
- Jean-Christophe Lemaire, vice-président de Ports de Normandie

 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie ports transports transports maritimes mer brexit international