Coronavirus : à Dieppe, un pressing invente un service de location de masques

Un pressing de Dieppe a élaboré un service de location de masques de protection contre le coronavirus Covid-19. La démarche se veut écologique et entend faire face aux masques jetables.

Ce pressing de Dieppe loue environ 400 masques de protection contre le coronavirus Covid-19 par semaine.
Ce pressing de Dieppe loue environ 400 masques de protection contre le coronavirus Covid-19 par semaine. © Judikaelle Rousseau/France3 Normandie
Des masques à louer. Le pressing "l'Affaire à repasser" à Dieppe a décidé d'innover pour lutter contre le coronavirus Covid-19. L'atelier propose de louer des masques à des particuliers.

Soumise à un protocole sanitaire strict, l'entreprise suit un procédé rigoureux : le pressing met des masques en tissu à la location, avant de les récupérer une fois utilisés. Ils sont ensuite mis en isolement pendant 24 heures. Ils sont prélavés à la main en cas de taches. Puis, une machine à 60 degrés conclut le travail.
 

"Comme ailleurs, nous avons été confrontés à la pénurie de masques. Nous avons donc décidé d'acheter des masques en tissus lavables, homologués et fabriqués en France. On a commencé à utiliser ces masques pour nos employés. On s'est dit que si on le faisait pour nous, on pouvait le faire pour d'autres", explique Mélanie Heurtaux, gérante de l'entreprise.

Environ 400 masques, loués à 38 centimes l'unité, sont nettoyés chaque semaine. Tous sont lavés au maximum 30 fois.
 
Reportage sur un pressing de Dieppe qui s'est lancé dans la location de masques en tissu.
 

Pour faire face aux masques jetables

L'initiative peut surprendre. Mais elle a déjà convaincu. L'Office de tourisme et le Conservatoire de Dieppe se sont rapprochés du pressing. D'autres seraient intéressés comme l'Agglomération et le Port de Dieppe.

"Au niveau pollution, le masque jetable : ce n'est pas ce qu'il y a de mieux. Il peut nous arriver de manquer de masques lavables. C'est donc bien de voir qu'il y a cette alternative et que l'on peut compter sur la structure pour nous fournir le matériel", se réjouit Nathalie Louage, professeure de formation musicale au Conservatoire.

La démarche fait partie d'un projet écologique et solidaire. La quinzaine d'employés, à 90 % constituée de personnes en situation de handicap, s'efforce de faire de cette entreprise un "pressing écologique". Des livraisons à vélo de ces masques à louer sont désormais assurées dans la ville de Dieppe.

Les masques jetables peuvent représenter un vrai budget pour les familles. Selon une étude de l'association "60 millions de consommateurs", l'achat de masques peut atteindre 114 euros par mois pour une famille de deux adultes et un enfant de 12 ans.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société