Le député de Seine-Maritime Xavier Batut se retire du parti “La République en marche”

Le député Xavier Batut sur le marché de Luneray en décembre 2019 / © AB/ Droits réservés
Le député Xavier Batut sur le marché de Luneray en décembre 2019 / © AB/ Droits réservés

"Le renouvellement promis n’est pas au rendez-vous, nous reproduisons le fonctionnement des autres partis politiques." c'est le constat de ce député qui avait fondé le comité "En Marche" au pays de Caux. Xavier Batut  souhaite rester membre du groupe LREM à l'Assemblée. 

Par Sylvie Callier


Xavier Batut, député de la 10e circonscription de Seine-Maritime rend sa carte "La république en marche". Il était adhérent de la première heure du mouvement lancé par Emmanuel Macron.  Ce député est membre de la commission de la défense nationale et vice-président de la mission d'information après l'accident industriel de l'usine Lubrizol.

Sa décision est expliquée dans un communiqué, publié ce 6 février 2020. 

A quelques jours des échéances municipales, le renouvellement promis n’est pas au rendez-vous, nous reproduisons le fonctionnement des autres partis politiques.

Notre mouvement n’est là, la plupart du temps, que pour servir des ambitions personnelles et flatter des ego.

 

© S. Gérain/France Télévisions
© S. Gérain/France Télévisions

 

Les idées du milieu rural peu prises en compte

Xavier Batut, originaire de Cany-Barville, cadre dans la filière automobile accompli son premier mandat de député. Une de ses missions est, dit-il, de "défendre la ruralité". Mais il est déçu du fonctionnement du parti LREM, trop vertical.

J’en ai la parfaite illustration dans mon département, en Seine-Maritime, où la base militante de notre mouvement est démotivée. Et pour cause : l’équipe départementale est renfermée sur elle-même et elle n’ouvre pas ses portes aux bonnes volontés. Tout est concentré à Rouen, la ville préfecture, et les décisions sont prises au sein d’un petit groupe de deux à trois personnes.

L’organisation est verticale et inopérante, les investitures et soutiens se font sur des tableaux Excel, sans prendre en compte les spécificités territoriales et politiques locales. Notre mouvement n’est là, la plupart du temps, que pour servir des ambitions personnelles et flatter des ego. Les animateurs de nos comités locaux qui sont principalement implantés en milieu rural ne sont associés à aucune décision et ne sont, pour la plupart, pas écoutés, alors qu’ils sont au plus près du terrain pour faire remonter les informations.

Fidèle malgré tout au programme politique d'Emmanuel Macron

Le député siègera toujours dans le groupe de La République en marche sur les bancs de l'Assemblée Nationale. Il est en désaccord avec le fonctionnement du parti mais pas avec ses idées.

Aujourd’hui, à l’écoute des militants qui m’entourent, j’ai choisi de prendre mes distances avec le mouvement. Néanmoins, respectueux de la confiance des électeurs et de leur volonté de réformer notre pays et en adéquation avec le programme d’Emmanuel Macron sur lequel j’ai été élu et que je soutiens toujours. Conformément à mon engagement de décembre 2019, je reste membre du groupe La République en Marche ! à l’Assemblée nationale, pour l’année 2020.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus