• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

A Dieppe, des habitantes tricotent de la layette pour les prématurés de l'hôpital

Les tricoteuses des Bruyères à Dieppe créent de la layette pour les bébés prématurés / © Judikaëlle Rousseau, France 3 Normandie
Les tricoteuses des Bruyères à Dieppe créent de la layette pour les bébés prématurés / © Judikaëlle Rousseau, France 3 Normandie

L'atelier tricot du quartier des Bruyères à Dieppe crée de la layette pour le service néonatalogie de Dieppe.

Par Judikaelle Rousseau

A la naissance de sa petite fille née prématurément, Charlène a eu du mal à trouver des vêtements chauds à la taille de son bébé. Même la taille OO est parfois trop grande. A son retour à l'atelier tricot du pôle Lafontaine de Dieppe partageant son expérience, elle a proposé aux autres participant.e.s de créer de la layette pour les tout petits bébés.
Charlène, tricoteuse et maman d'une prématurée est à l'origine de ce projet / © Judikaëlle Rousseau/France 3 Normandie
Charlène, tricoteuse et maman d'une prématurée est à l'origine de ce projet / © Judikaëlle Rousseau/France 3 Normandie

Avec les professionnel.le.s du service néonatalogie de l'hôpital, l'équipe a défini les qualités nécessaires pour les vêtements: laine lavable à 60°, moufles sans pouce...   Depuis tous les lundis et mardis après-midi, elles se retrouvent pour tricoter des vêtements mais aussi des bonnets ou des couvertures. Ils serviront aux prématurés à leur sortie de l'incubateur (ou couveuse) afin qu'ils gardent une température régulière. Elles créent également des nids d'ange pour les bébés morts nés afin d'offrir un vêtement décent pour leur inhumation.

On tricote pour quelque chose d'utile.

Plutôt que de créer pour elles, les tricoteuses sont fières de rendre ce service à des familles. Mais la laine coûte cher. Elles ont donc déposé un projet auprès du fonds de participation des habitants de la ville de Dieppe qui finance des projets de groupe. La municipalité leur a accordé 1000 euros d'aide, de quoi payer les fournitures pour une dizaine de layettes, autant de moufles ou de couvertures.
 

 

Des pieuvres contre le réflexe de grasping



En décembre, tout l'équipe se rendra à l'hôpital de Dieppe pour donner leurs créations aux professionnel.le.s du service néonatalogie. Elles espèrent ensuite continuer à créer pour les bébés avec notamment ce projet de petites pieuvres en crochet à déposer dans les couveuses. Par un réflexe de grasping ou préhension, les nouveaux nés prématurés tirent sur leurs sondes gastriques, cathéters ou électrodes obligeant les soignants à les reposer. Avec une petite pieuvre colorée le bébé tire sur les tentacules plutôt que sur le matériel, lui évitant des douleurs lors des soins pour tout reposer .

Retrouvez ici la page Facebook Petite Pieuvre Sensation Cocon France/Belgique qui regroupe les personnes qui confectionnent les petites pieuvres.
 
Une petite pieuvre en crochet contre le réflexe de grasping des bébés / © Petite pieuvre sensation cocon
Une petite pieuvre en crochet contre le réflexe de grasping des bébés / © Petite pieuvre sensation cocon
 
Des dieppoises tricotent pour les prématurés de l'hôpital.


Dans cette vidéo (reportage de Grégory Archiapati et Judikaëlle Rousseau) vous rencontrerez Charlène Guignon, initiatrice de l'action, Viviane Follin une des tricoteuses et Catherine Diagne : cadre de santé service pédiatrie, hôpital de Dieppe.

A lire aussi

Sur le même sujet

Nécrologie de Jacques Chrirac en ex Basse Normandie

Les + Lus