Dieppe : la campagne de la coquille Saint-Jacques touche à sa fin

Alors que la pêche à la coquille en Baie de Seine est fermée depuis le 4 mars dernier, les pêcheurs dieppois s'apprêtent à clore la saison ce vendredi. Sur le marché ce matin, on profite des dernières Saint-Jacques.

Sur le marché de Dieppe, on vend les dernières coquilles de la saison
Sur le marché de Dieppe, on vend les dernières coquilles de la saison © B. Belamri, FTV

La pêche à la coquille est une activité très règlementée, dont les dates d'ouverture et de fermeture sont fixées par la préfecture. A Dieppe, la campagne qui a débuté le 1er octobre 2020 se clôt ce vendredi 14 mai 2021. Sur le marché ce matin, on se presse devant les étals de poissons pour profiter des dernières coquilles, charnues et goûtues. Devant son étal, Etienne Ouin est dythirambique sur la qualité de ses noix. "Les dernières coquilles, elles sont merveilleuses, c'est vraiment de la belle coquille". Des Saint-Jacques vendues ce jour à 5 euros le kilo avec leurs coquilles ou 25 euros le kilo les noix seules. Un prix relativement stable tout au long de la saison. 

© FTV

Officiellement, la pêche à la coquille se termine ce soir à minuit. Les dernières seront livrées cette nuit, et vendues demain matin sur le marché. "Après c'est plus du frais" poursuit Etienne Ouin qui fait état d'une belle saison.

L'un dans l'autre, ça c'est pas mal défendu pour la pêche. Pour les prix on est arrivés à les stabiliser. Le problème c'est le Covid et le manque d'estivants, il y a moins de rouennais et de parisiens. On a surtout travaillé avec les dieppois

Etienne Ouin, bateau Gérard Noé

Entre la crise sanitaire et le Brexit, on pouvait s'attendre à une année compliquée pour la pêche normande. Pourtant la pêche à la coquille Saint-Jacques fût particulièrement fructueuse, notamment sur le gisement de la baie de Seine -de Barfleur à Antifer- qui est l'un des deux principaux gisements français avec celui de Saint-Brieuc. On estime à 20 000 tonnes le nombre de coquilles débarquées en baie de Seine cette saison, pour une biomasse exploitable estimée à 64 000 tonnes.  Les populations de coquilles sur cette zone ont même battu un record historique selon les évaluations scientifiques de l'Ifremer, l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer, et des gestionnaires de pêche.

A Dieppe, l'activité de la coquille Saint-Jacques représente 90% de la pêche sur cette zone. Le confinement et le couvre-feu ont limité les ventes aux particuliers, mais aussi aux restaurateurs, ce qui a représenté un manque à gagner certain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie