Thomas Pesquet : “Poser le pied sur la Lune, c'est ce qu'il y a de plus excitant”

Publié le Mis à jour le
Écrit par Amandine Pointel
Thomas Pesquet sera-t-il le prochain européen envoyé sur la Lune ?
Thomas Pesquet sera-t-il le prochain européen envoyé sur la Lune ? © Bernd Lauter / AFP

Après six mois passé dans l'espace à bord de la Station spatiale internationale (ISS), l'astronaute normand a amerri le 9 novembre au large des Etats-Unis. Revivez la conférence de presse de ce vendredi 12 novembre depuis Cologne, en Allemagne.

Thomas Pesquet est rentré sur Terre dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 novembre 2021, après un séjour de six mois en orbite dans la Station spatiale internationale qui s'est conclu par un amerrissage réussi au large des côtes de Floride. 

Après 199 jours en apesanteur, plus de 200 expériences scientifiques et 40 heures de sortie dans l'espace, l'astronaute dieppois a donné ce vendredi 12 novembre 2021 une conférence de presse au Centre européen des astronautes de Cologne, en Allemagne.  

Objectif Lune ?

Thomas Pesquet est revenu sur ses six mois passés à bord de l'ISS dans le cadre de la mission Alpha. Il s'est aussi confié sur son nouveau "challenge" qu'il s'est fixé : aller sur la Lune. "C'est l'objectif de l'agence. L'idée c'est de retourner sur la Lune mais de manière plus durable, pour des buts scientifiques.  Et une fois qu'on aura fait ça, on ira faire la même chose sur Mars. Ce sera l'exercice palpitant des années à venir." Thomas Pesquet en rêverait avant 2030.

Si on demande à l'avis à tout le monde : aller poser le pied sur la Lune, c'est ce qu'il y a de plus excitant", raconte Thomas Pesquet. "Il n'y a pas eu d'Européens. Ce serait une grande aventure et c'est dans le cadre de préparer ensuite un voyage vers Mars.

Thomas Pesquet

Sera-t-il choisi par l'ESA pour être le prochain européen envoyé vers notre satellite ? S'il présente un profil idéal, la décision n'est pas prise. Quoi qu'il arrive, il devra patienter. Avant-hier, la Nasa a annoncé repousser à "2025 au plus tôt" (au lieu de 2024) le retour d'humains sur la Lune (dont celui de la première femme).

A propos de son retour sur Terre

"On a repris le travail dès l'atterrissage de l'avion" Thomas Pesquet prend la parole et raconte son quotidien depuis son retour sur Terre il y a 48 heures. "On a des prélèvements à faire, dès qu'on touche Terre, avant qu'on se réhabitue à l'environnement terrestre. On a été encadré par une équipe de médecins. Il faut se remuscler, retrouver son équilibre."

"On est partis pour deux semaines intenses, ensuite j'ai un ou deux jours de break. Ensuite jusqu'à Noël, ce sera quasiment à temps plein", confie l'astronaute normand. "Déjà en 48h j'ai l'impression d'avoir récupéré 90% de ce que j'avais de mes capacité mais il faudra 6 mois pour récupérer les 10%."

"Le premier plaisir c'est la douche"

Le dieppois se confie sur son petit plaisir de retour sur Terre, "la douche chaude, la sensation de l'eau qui coule."

Sur Terre, voir que toutes les gouttes sont parfaitement parallèles, on a l'impression d'être dans Matrix !

Thomas Pesquet

Sur la mission à bord de l'ISS

"Ce qu'on fait à bord de l'ISS, c'est de la recherche pour la Terre. (...) On a des études sur les radiations, pour voir les effets et comment les contrer. L'eau est une très bonne protection contre les radiations."

L'astronaute se confie sur son rôle de commandant de bord. "C'est comme sur un avion et un navire, il faut une personne pour prendre les décisions." Il faut aussi gérer les situations d'urgence, comme lorsque la Station spatiale a perdu un peu d'altitude. "On a perdu le contrôle d'orientation de la station mais ça s'est bien passé on n'a pas perdu la communication avec le centre contrôle au sol. C'était une bonne expérience." 

Gérer "le mal du pays"

"Si on n'a rien à faire de la journée, c'est une prison avec une très belle vue", indique Thomas Pesquet à propos de la vie à bord de l'ISS. "Ce qui nous sauve c'est le travail, de 7h30 à 20h. Je me rajoute une charge de travail avec les réseaux sociaux. On est occupé en permanence et les journées passent très très vite. Il y a aussi le contact avec les proches."

Sur ses relations avec les autres astronautes de l'ISS

"On se connait bien quand on part dans la Station. On s'est entraînés un an ensemble. Les gens sont sélectionnés pour être faciles à vivre. Plus on se confronte à des choses spéciales avec des gens, plus ça crée des liens forts. On devient vraiment une famille à bord de la Station spatiale. Là, limite ils me manquent presque !"

Sur le changement climatique

Pendant ses 6 mois dans l'espace, Thomas Pesquet nous a habitué à publier de magnifique clichés de notre planète Terre. Mais il a aussi assisté à des phénomènes inquiétants.

J'ai vu des incendies. On a vu des pays entiers couverts de fumée et de cendre. C'était douloureux.

Thomas Pesquet

"Parfois, on voyait les flammes à l'œil nu depuis la station spatiale", confie Thomas Pesquet.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Pesquet (@thom_astro)

Sur sa popularité

"Ca change un peu la vie d'une manière que je n'avais pas anticipée. Maintenant quand je vais faire mes courses chez Leclerc, les gens me reconnaissent et me disent : 'vous faites vos courses chez Leclerc ?!' Ma vie n'a pas changé mais la perception des gens a changé."   

Retour à la vie normale

Une fois la mission achevée et ses capacités physiques récupérées, Thomas Pesquet ne rêve que d'une chose : "une bonne nuit de sommeil, sans prélèvement à 6h du matin". L'astronaute s'est aussi confié sur ses envies et ce qui lui manque : "La liberté, faire ce que j'ai envie de faire. Gérer mon temps comme je le désire. J'ai très envie de passer une semaine entière sans rien sur mon emploi du temps. Ca ne m'est pas arrivé depuis très longtemps."

Un repos bien mérité !

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.