Thomas Pesquet : Auffay a suivi le retour du spationaute normand

Publié le

Dans l'ancien village de Thomas Pesquet, ils étaient nombreux à suivre le retour sur terre de l'enfant du pays, après un séjour de six mois dans l'espace.

Malgré l'heure tardive de la procédure de retour sur terre de Thomas Pesquet, le maire d'Auffay (Seine-Maritime) Christian Suronne était devant la télévision. Il a retenu son souffle pendant toute l'opération. Après l'amerrissage de la capsule Crew Dragon 2 de Space X à 4 heures 33 heure française, la tension est enfin retombée.

Ouf ! Je n'en doutais pas mais je suis très heureux. C'est très impressionnant. On n'arrive pas à s'imaginer comment ça peut être à la minute près. On voit déjà le bateau qui arrive pour les récupérer. Je suis heureux pour sa famille.

Christian Suronne, maire d'Auffay

Pour la seconde fois, le spationaute a passé six mois à bord de la station spatiale internationale. Il est même le premier français à l'avoir dirigé. Durant son séjour, Thomas Pesquet a réalisé de nombreuses expériences. Mais il est resté en contact avec le public grâce à ses nombreux messages sur les réseaux sociaux. Il répondait régulièrement aux questions d'élèves français dans sa chronique "l'émission spatiale" sur France Info.

Au collège d'Auffay, on suit de prêt les aventures du spationaute. En cours de science et vie de la terre, Thomas Pesquet était au centre des conversation de la classe, ce mardi matin. 

Quand il est là-haut, alors que nous sommes en bas, ça doit être incroyable de vivre cette expérience

Une élève du collège d'Auffay

Maintenant que le spationaute normand est revenu sur terre, il va subir des examens médicaux, avant de prendre des vacances. Thomas Pesquet a déjà un prochain objectif : survoler la lune. Il pourrait faire partie des occupants de la station lunaire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité