Financement du secours en mer : le député dieppois Sébastien Jumel propose une solution

Sébastien Jumel et 53 autres députés signent une proposition de loi 12 jours après le naufrage d'un bateau de la SNSM et la mort de 3 bénévoles. Une taxe modique sur les assurances des plaisanciers permettrait d'améliorer la sécurité et les interventions en mer.
A l'Assemblée Nationale ce 19 juin, le député Sébastien Jumel, à ses côtés, le président de la SNSM de Dieppe
A l'Assemblée Nationale ce 19 juin, le député Sébastien Jumel, à ses côtés, le président de la SNSM de Dieppe © France 3 Normandie

Au-delà des mots et des hommages, le député dieppois propose une loi "simple à mettre en oeuvre".  La SNSM (société de secours en mer) manque de moyens, ses bénévoles dépensent beaucoup d'énergie pour collecter de l'argent.

Le naufrage du 7 juin a pris la vie de trois bénévoles aux Sables d'Olonne. La nécessité de moderniser la flotte de bateaux et de proposer plus de formations sont cruellement rappelées.
 

Ce n'est pas normal qu'une fonction régalienne de l'Etat, le secours en mer, se fasse en vendant des T.shirts et des casquettes

70% des personnes secourues sont des plaisanciers. Les députés signataires de la proposition de loi suggèrent une contribution des plaisanciers au sauvetage en mer. Cette taxe de quelques euros s'ajouterait aux dons, legs et subventions de l'Etat.


"C'est une contribution en fonction de la taille des bateaux, moins de 7 mètres, 5 euros par an, entre 7 et 12 mètres, 10 euros, 30 mètres, 30 euros, ce n'est pas la mer à boire"
 
Secours en mer : Sébastien Jumel propose une solution pour le financement de la SNSM
Reportage de Véronique Arnoult, Angèle de Vecchi et Judikaëlle Rousseau

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer sécurité société