Le commissariat de Fécamp menacé par une grenade

© France 3
© France 3

La "livraison" d'une grenade quadrillée a nécessité le déplacement des démineurs de Caen

Par Richard Plumet

Avaient-ils conscience du danger ? Pouvaient-ils imaginer qu'ils allaient déclencher une telle alerte ? Deux employés de la ville de Fécamp étaient occupés hier matin (mardi 13 mars 2018) à des travaux de débroussaillage cité Miquelon et le long de la route de Cany.

Un peu avant 11h, ils ont trouvé près d'un arbre une grenade quadrillée.
Un engin militaire, sans doute un vestige de la seconde guerre mondiale, qui comme beaucoup de grenade à fragmentation, peut, en explosant, projeter de dangereux éclats métalliques.

En dépit de son danger potentiel, la grenade a été chargée à bord du camion des employés municipaux et livrée au… commissariat de police, rue de l'Inondation, à quelques centaines de mètres en contrebas de l'hôtel de ville de Fécamp.

On ne sait pas ce que  les policiers fécampois ont dit aux livreurs municipaux, mais toujours est-il qu'un périmètre de sécurité a été aussitôt été mis en place et des rues interdites à la circulation tout autour du commissariat.

Les démineurs, basés à Caen, ont été appelés, et ce n'est qu'à 14h que la grenade a été prise en charge par les spécialistes et l'alerte levée.

A lire aussi :  reportage chez les démineurs de Caen,  qui  rappellent la dangerosité des obus, grenades et autre munitions anciennes 

Même après 70 ans, les munitions de guerre tuent toujours

Ce mardi 24 octobre, un homme a perdu la vie à Orbec (Calvados) lors de l'explosion d'un obus qu'il manipulait dans son sous-sol. Nous vous emmenons dans le très secret centre de déminage de Caen pour faire un point sur les dangers des munitions de guerre.




A lire aussi

Sur le même sujet

Criquetot l'Esneval (76) : la pression de l'eau n'est pas suffisante

Les + Lus