Près de Fécamp, une entreprise s'équipe d'un détecteur de masque

Pour faire respecter les mesures anti-Covid, une entreprise d'électricité de Saint-Léonard (Seine-Maritime) a mis en place différents dispositifs. Parmi eux : un contrôle des entrées par une caméra spéciale qu prend la température et détecte le non-port du masque.
 

Détecteur de masque et contrôle de la température à l'entrée d'une entreprise normande
Détecteur de masque et contrôle de la température à l'entrée d'une entreprise normande © Elise Laperdrix / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
Depuis le 1er septembre 2020, le port du masque est obligatoire au travail.
Une mesure qui, dans beaucoup d'entreprises, a nécessité un changement des habitudes et une nouvelle organisation des conditions de travail ainsi qu'une information spécifique en direction  des salariés.

En Seine-Maritime, ces nouvelles mesures sont déjà appliquées, et depuis plusieurs semaines, au sein de la SFEE, la société fécampoise d'entreprises électriques.  

Depuis fin avril, cette entreprise située près de Fécamp a en effet pris de nombreuses mesures sanitaires pour protéger son personnel.
Dernier équipement mis en service : une borne électronique spéciale venue d'Asie qui, dans le hall d'entrée, "authentifie" les 180 salariés.

Une machine qui prend la température et détecte, grâce à une caméra, le non-port du masque, déclenchant dans ce cas une alarme sonore et un message vocal pré- enregistré "Veuillez porter un masque s'il vous plait !"

L'investissement n'est pas si lourd que ça.
Il n'y a quasiment  pas de travaux à effectuer, une simple prise suffit pour brancher la machine."

Aymeric Legrand, PDG de la Société Fécampoise d'Entreprises Electriques (S.F.E.E.)

durée de la vidéo: 01 min 39
VIDEO : un détecteur de masque dans une entreprise près de Fécamp. Reportage : Bénédicte Drouet et Elise Laperdrix (montage : Estelle Roux)

Un budget conséquent

Les salariés rencontrés expliquent être rassurés par ce contrôle de toutes les  personnes qui entrent dans les locaux de leur entreprise.

Ce "détecteur de masque" s'ajoute aux nombreuses mesures sanitaires prises depuis le mois d'avril, comme la distribution d'un kit individuel à chaque salarié ou la location de bungalows de chantiers plus grands pour permettre le respect des distances de sécurité entre personnes dans les vestiaires ou les lieux où sont pris les repas.

Des dépenses qui, ajoutées à une consommation actuelle (le 31 août 2020)  de 2000 masques par semaine, représente un coût total estimé à 100.000 euros.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
baie de seine coronavirus/covid-19 santé société entreprises économie