150 ans du tableau "Impression, soleil levant" de Claude Monet : 5 choses à savoir sur cette œuvre emblématique

"Impression, soleil levant", un des tableaux les plus célèbres de Claude Monet a 150 ans cette année. À l'occasion de l'anniversaire d'une des œuvres fondatrices du courant impressionniste, voici cinq choses à savoir sur cette toile.

"Impression, soleil levant" a marqué l’histoire de l’art. Sa représentation du soleil au petit matin, ses couleurs évocatrices de la brume, ses traits flous et son point de vue au-dessus de l’eau font de ce tableau un chef d’œuvre qui continue de passionner 150 ans après sa création.

L'œuvre, peinte en 1872, marque la naissance du courant impressionniste. Claude Monet (1840-1926) offre à voir sa vision du port du Havre, la ville où il a grandi. 

⇒ Une émission spéciale sur les 150 ans de l'impressionnisme sera diffusée sur notre antenne mercredi 9 novembre à partir de 19h. 

1. Une enquête menée pour déterminer la date de la toile 

La date à laquelle le tableau aurait été peint a longtemps fait l'objet de controverses malgré l'inscription "72" à droite de la signature du peintre. En 2014, une équipe d'experts a été mandatée par le musée Marmottan Monet, qui héberge la toile, pour mener l'enquête. Parmi eux, l'astronome et professeur de physique de l’Université du Texas, Donald Olson, mais aussi Géraldine Lefebvre, attachée de conservation au musée d’Art moderne-André Malraux du Havre.

Après une analyse minutieuse des horaires des marées, de la météo, des trajectoires célestes et le recoupement de diverses données topographiques et iconographiques, les fins limiers finissent par percer les secrets d'"Impression, soleil levant". 

Claude Monet aurait peint le tableau le 13 novembre 1872, très précisément à 7h35 du matin. Soit 30 minutes après l'aube. Le peintre se trouvait vraisemblablement près de la fenêtre d'une chambre de l'hôtel Amirauté, situé sur le Grand Quai, au Havre. Un hôtel dans lequel il avait l'habitude de séjourner. De là, il bénéficiait d'une vue imprenable sur le port dans la brume du petit matin. 

"Claude Monet représente une vue du port du Havre et de l'écluse des transatlantiques. Il se tourne vers l'Est et regarde en direction du soleil levant. À ce moment-là, en pleine hiver, le soleil se lève au-dessus de l'écluse ouverte qui laisse entrer et sortir les bateaux du bassin de l'Eure qui se trouve derrière. [...] C'est, le moment de l'étale, un moment un peu suspendu où la marée est haute, l'eau ne bouge que très peu", décrit Géraldine Lefebvre.

2. Un tableau non fini ? 

"Si on le regarde bien, il n'est pas fini. À l'époque, un tableau était léché. Or celui-là est une esquisse", observe Bruno Delarue. "Ça a été le problème de Monet d'ailleurs avec son marchand qui ne pouvait pas vendre des tableaux de ce type-là."

Pour Monet, bien sûr, le tableau est fini mais il n'a pas été bien reçu puisqu'il "troublait complètement la notion que les gens avaient de la peinture", analyse l'historien. "Ce qui le rend particulier, c'est qu'il représente un moment de la journée plutôt rare. Il est presque romantique et il va devenir un tableau moderne par excellence parce qu'il n'est pas fini", ajoute-t-il. 

3. L'œuvre marque les débuts du mouvement impressionniste

Le 15 avril 1874, Claude Monet présente son tableau dans l'ancien atelier du photographe Nadar lors de la première exposition de la Société des artistes anonymes. Une exposition dissidente montée par les peintres eux-mêmes, parmi lesquels Auguste Renoir, Eugène Boudin, Berthe Morisot, Alfred Sisley, Camille Pissarro et Edgar Degas. 

"Si Monet lui a donné ce nom d''impression', ce n'est pas pour rien, parce qu'au lieu de vraiment circonscrire les choses, il est flou. [...] Et le sujet du tableau n'est pas le bassin, mais le soleil", analyse Bruno Delarue, historien de l'art. "À ce moment-là, les artistes impressionnistes recherchent beaucoup plus l'impression dans le paysage, ce qu'ils ressentent, ce qu'ils voient mais aussi la brume, le soleil, toutes ces impressions atmosphériques qui se dégagent d'un paysage", note Géraldine Lefebvre. 

Claude Monet a représenté plusieurs vues du Port du Havre, mais "Impression, soleil levant" a une histoire singulière : son titre a donné le nom d’un courant artistique majeur. La radicalité esthétique de la toile choque les critiques d'art.

durée de la vidéo : 00h01mn14s
Bruno Delarue, historien de l'art, explique l'origine du mot "impressionnisme". ©Judikaelle Rousseau / France Télévisions

"Le mot impressionnisme vient de là. C'était un journaliste satirique qui s'appelait Leroy, qui pour se moquer du tableau qui s'appelait "Impression, soleil levant", a donné le mot impressionnisme à tout le mouvement. En fait, le mot est resté et c'était très bien trouvé", explique Bruno Delarue. Dans un article très virulent publié dans Le Charivari le 25 avril, Louis Leroy écrit : "Impression, j’en étais sûr. Je me disais, puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l’impression là-dedans."

Si "Impression, soleil levant" n'est pas le premier tableau impressionniste, il marque définitivement la naissance du mouvement. 

4. Vendu plusieurs fois, le tableau finit au musée Marmottan 

En mai 1874, le collectionneur Ernest Hoschedé, ami de Monet, achète "Impression, soleil levant" pour 800 anciens francs (environ 3 000 euros). Quatre ans plus tard, le tableau est revendu pour 210 anciens francs (environ 800 euros). Une somme qui souligne l'indifférence que suscite l'œuvre à l'époque. Son nouveau propriétaire, Georges de Bellio le lègue à sa fille Victorine et à son gendre Eugène Donop de Monchy à sa mort. 

En 1940, ces derniers en font don au musée Marmottan, propriété de l'Académie des Beaux-Arts. La toile fonde les collections impressionnistes du musée. Pendant la guerre, elle est protégée au château de Chambord. En 1959, "Impression, soleil levant" est enfin reconnue comme une œuvre majeure et assurée à hauteur de 50 millions d'anciens francs (870 000 euros environ). 

En 1966, le fils du peintre Michel désigne le musée Marmottan comme le légataire universel de Claude Monet. L'établissement hérite alors de la maison de Giverny et d'une centaine d'œuvres de la famille. 

5. Dérobé en 1985, il réapparaît cinq ans plus tard en Corse

Le 27 octobre 1985, trois voleurs s'introduisent dans le musée Marmottan en plein jour et dérobent plusieurs œuvres dont "Impression, soleil levant". Le tableau disparaît pendant cinq ans. 

Il est retrouvé, avec huit autres toiles impressionnistes, le 4 décembre 1990 dans un appartement vide de Porto-Vecchio, en Corse-du-Sud. La traque de la toile avait mené les enquêteurs vers l'organisation japonaise du crime, les Yakuzas. 

Le musée Marmottan Monet célèbre en ce moment les 150 ans de cette œuvre majeure dans une exposition consacrée à la représentation du soleil dans l'art, de l'Antiquité à nos jours. "Face au Soleil, un astre dans les arts" est à découvrir à Paris jusqu'au 29 janvier 2023.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité