Un locataire de courte durée avait remarqué des fissures sur l'immeuble du quartier de Graville au Havre. Tous les habitants et commerces avaient été évacués dans l'attente d'expertises. Le 27 avril, ils ont pu rentrer chez eux après des travaux de consolidation.

Mardi 25 avril, à 19h30, l'alerte avait été donnée. Des fissures et des craquements avaient inquiété un locataire de courte durée logé 263 rue Aristide Briand au Havre. 

Les pompiers et la Police sont intervenus. Ils avaient constaté des anomalies dans les caves. Les deux immeubles de 4 étages des numéros 261 et 263 ont été évacués sur le champ pour prévenir tout risque dans l'hypothèse d'un effondrement. 

"Ne pas savoir où je vais passer la nuit, où je vais être demain, c'est compliqué, c'est angoissant"

Damien, un habitant de l'un des immeubles interdits d'accès

durée de la vidéo : 00h01mn44s
Mardi 25 avril, à 19h30, l'alerte a été donnée. Des fissures et des craquements avaient inquiété un locataire de courte durée logé 263 rue Aristide Briand au Havre. ©M. Benoist/ A. Develay/France Télévisions

Un arrêté temporaire d'interdiction d'accès aux immeubles avait été pris par la ville du Havre, un périmètre de sécurité avec des barrières  installé.

Vingt-quatre habitants avaient dû quitter leur appartement. La moitié relogée par la ville. Trois commerces (un bar-tabac, un restaurant et une boulangerie) ont dû fermer.

Des experts sont venus sur place pour évaluer l'état de l'immeuble. Les travaux de consolidation dans les cages d'escalier ont été effectués. Le 27 avril, les habitants ont pu retrouver avec soulagement leur foyer. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité