Effondrement du pont de Baltimore : un tel accident est-il possible au Havre ?

Mardi 26 mars 2024, le porte-conteneurs singapourien Dali est venu s’encastrer dans un pont Francis Scott Key de Baltimore (Maryland). Deux corps ont été repêchés et quatre personnes sont toujours portées disparues. Nous revenons avec la capitainerie du port du Havre sur les règles de sécurité.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Un tel accident pourrait il se produire dans le port du Havre ? Nous avons posé la question à Alexandre Guyot, Commandant adjoint à la Capitainerie - Haropa Port Le Havre :

« Ca ne peut pas arriver sur les ponts que l’on a ici dans la région puisque les ponts sont très hauts et les pieds sont à terre donc ils ne peuvent pas être touchés par un navire »

durée de la vidéo : 00h01mn48s
Mardi 26 mars 2024, le porte-conteneurs singapourien Dali est venu s’encastrer dans un pont Francis Scott Key de Baltimore (Maryland). Deux corps ont été repêchés et quatre personnes sont toujours portées disparues. Nous revenons avec la capitainerie du port du Havre sur les règles de sécurité. ©France 3 Normandie

Chaque jour, plus d’une vingtaine de navires entrent ou sortent dans le port du Havre. Parmi eux, les plus grands porte-conteneurs au monde :

"Dès qu’ils sont pris en charge, ils sont suivis par les contrôleurs qui surveillent leur progression" précise Alexandre Guyot

Des règles strictes sont en vigueur pour éviter tout accident : "on fait tout pour que ca n’arrive pas. La Capitainerie peut tout à fait imposer des remorqueurs si elle juge que les conditions ne sont pas rassemblées ou si on a un doute sur la capacité du navire. On peut en urgence demander un remorqueur en plus, on adapte toujours le niveau d’assistance pour avoir un niveau de sécurité maximum."

Le risque zéro n’existe pas, par le passé le port du Havre a été le théâtre d’accident spectaculaire mais sans victime. Des situations de crise auxquelles les pilotes sont formés. Leur présence est obligatoire à bord des navires dans tous les ports du monde.

"Les stations de pilotage sont toutes dotées de simulateur où ils vont s’entrainer à la gestion de crise qui va etre une perte d’appareil propulsif, un blackout, une perte de barre" explique Henry Caubrière, Pilote à la station du Havre-Fécamp et Président de la Fédération Française des Pilotes Maritimes (FFPM).

L’une des principales préoccupations des autorités portuaires havraises c’est lorsque des cargos heurtent des portiques comme ce fut le cas la semaine dernière en Turquie.