L'inclusion scolaire pour les enfants porteurs d'autisme : et si c'était possible?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Medhi Weber .

100 000, c'est le nombre d'enfants autistes qui vivent aujourd'hui sur le territoire français. Parmi ces enfants, l'Education nationale considère que 45 000 sont scolarisés. Moins de 15 000 seraient pris en charge dans le médico-social. Les 40% restant passent sous les radars, et demeurent bien souvent à la charge de la famille, livrés à eux-mêmes. Un phénomène qui n'épargne pas la Normandie. Face à cette détresse, certaines écoles s'organisent pour accueillir comme elles peuvent ces élèves porteurs de troubles du spectre autistique. Au Havre, France 3 Normandie a rencontré une enseignante qui se bat pour faire de la scolarisation de ces enfants atypiques, une réalité.

Dans son salon, armée d'une paire de ciseaux, Anne-Sophie Desnos est plongée dans ses magazines people. "J'ai besoin de trouver Kendji Girac". Elle n'a pourtant rien d'une groupie des stars de la chanson française.

Anne-Sophie Desnos est enseignante et travaille ce jour-là à la conception d'outils pédagogiques pour des élèves au profil atypiques.

"Les enfants porteurs d'autisme ont des intérêts restreints qui leur permettent de progresser. J'ai un élève qui travaille autour des stars, donc on travaille avec les stars, j'en ai qui vont être sur les dinosaures, sur les hérissons etc... Donc je me spécialise dans ce genre de domaines, pour pouvoir les aider, les accompagner au mieux et qu'ils aient envie de rentrer dans les apprentissages." 



(Notre reportage sur la classe spécialisée d'Anne-Sophie Desnos, réalisé dans le cadre de l'émission Enquêtes de Région)



Ces intérêts restreints, l'enseignante en fait des ateliers pédagogiques individualisés au sein de sa classe "Soleil", dans laquelle une dizaine d'enfants sont scolarisés. "Ma motivation, c'est de trouver la leur", sourit-elle. 

Un enseignement adapté et personnalisé à chaque élève



Direction l'école maternelle et primaire Saint Michel, au Havre. C'est là qu'enseigne Anne-Sophie Desnos. Et quand vous rentrez dans sa classe Soleil, vous trouvez souvent chaque enfant penché sur son poste de travail.

Juba, Matéo, Arthur et leurs camarades ont chacun des exercices spécifiques en fonction de leur personnalité. Melvin par exemple est fan de récup' alors Anne-Sophie l'a incité à recréer une maison en miniature avec tous les objets qu'il a collectés.Et ça marche ! Le jeune garçon parvient ainsi à se concentrer pour minutieusement découper, positionner et coller.



Lorenz, lui, doit travailler sa motricité fine, notamment pour l'écriture, et l'enseignante a constaté qu'il y parvenait mieux en s'entrainant d'abord du bout de son doigt dans un petit bac à sable.

"Un enfant, quand son développement sensoriel n'est pas en place, on ne peut mettre en place aucun apprentissage que ce soit le graphisme, la logique, la représentation dans l'espace... Le sensoriel, c'est la base du développement d'un enfant", conclue Anne-Sophie Desnos. 

C'est exceptionnel d'avoir une maîtresse aussi attachante, aussi aimante, aussi dévouée à son métier et aussi passionnée. On ne sait pas comment la remercier, vraiment!

Emilie Besnard, maman de Loucas

La méthode fait ses preuves bien au delà du cadre pédagogique. Loucas, 7 ans, est scolarisé depuis 1 an à Saint-Michel.

Au fil des mois, sa maman Emilie Besnard a vu son fils se transformer, plus calme quand il joue avec sa petite sœur, plus facile à canaliser pour un jeu de société par exemple : "Je suis émerveillée, je suis contente, je suis soulagée parce que je peux mettre mon enfant sereinement à l'école. C'est exceptionnel d'avoir une maîtresse aussi attachante, aussi aimante, aussi dévouée à son métier et aussi passionnée. On ne sait pas comment la remercier, vraiment!"



Anne-Sophie Desnos ne demande rien en retour, elle espère juste que d'autres initiatives comme celle de l'école Saint-Michel pourront se déployer dans la région.

De son côté, à la rentrée 2022, elle a accueilli de nouveaux élèves, afin d'aider les familles en détresse qui viennent chercher de l'aide auprès d'elle. Mais dans cette classe type ULIS, le nombre maximum d'élèves est de 14. Et chaque élève supplémentaire rend plus difficile la méthode d'accompagnement individualisé mise en place dans la structure. Il faudra donc bien que d'autres classes Soleil voient le jour pour qu'une véritable inclusion scolaire soit possible pour les enfants porteurs d'autisme. 

4e Plan Autisme : quel bilan ? 



A l'échelle nationale, le gouvernement a lancé en 2018 un quatrième plan autisme avec comme axe majeur la scolarisation et l'inclusion des enfants souffrant de troubles du spectre de l'autisme. Depuis, l'État a créé 300 classes spécialisées supplémentaires, portant leur nombre à 435 sur tout le territoire français. Voici une carte qui permet de visualiser leur nom, leur localisation géographique et le type de dispositif : 

En Normandie il existe donc aujourd'hui : 



-14 unités d'enseignement maternelle autisme (UEMA)

- 4 unités d'enseignements élémentaire autisme (UEEA) 

- 2 dispositifs d'autorégulation (DAR)  



Les UEMA et les UEEA sont des classes spécialisées qui disposent d'un enseignant et d'une équipe médico-sociale dédiés. Les DAR sont implantés dans des écoles ordinaires, il n'y pas de classe spécifique où l'on ne retrouve que des enfants autistes. Ces derniers sont répartis dans des classes ordinaires.

Un professeur formé aux problématiques de l'autisme et une équipe médico-sociale accompagnent le reste du corps enseignant dans une meilleure compréhension des troubles du spectre de l'autisme (TSA) au travers d'outils pédagogiques empruntés aux sciences cognitivo-comportementales.



3000 enfants autistes scolarisés aujourd'hui



L'Éducation nationale a aussi créé un nouveau poste : enseignant ressource TSA. Chaque département normand en compte un, et les équipes pédagogiques de chaque établissement peuvent demander à être spécifiquement conseillées et accompagnées dans leur démarche d'inclusion scolaire des élèves porteurs d'autisme. 



A la rentrée 2022, 3000 enfants autistes sont scolarisés dans toute l'Académie de Normandie. C'est 1150 de plus qu'en 2018. 





Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité