Municipales 2020 : Edouard Philippe soutenu en région, critiqué par l'opposition

Edouard Philippe a été le maire du Havre de 2010 à 2017 / © T. Samson/AFP
Edouard Philippe a été le maire du Havre de 2010 à 2017 / © T. Samson/AFP

Le Premier ministre a officialisé sa candidature à la mairie du Havre en tête de liste le vendredi 31 janvier 2020. Une annonce qui suscite des réactions.

Par Amandine Pointel

Fin du suspense, Edouard Philippe sera finalement candidat au Havre aux élections municipales des 15 et 22 mars prochains, et en tête de liste. Une annonce qui suscite bien des réactions du côté des politiques. 
 

Soutien en région

L'actuel maire (LR) du Havre Jean-Baptiste Gastinne n'a pas perdu de temps pour afficher son soutien. « Je m'engage totalement à ses côtés pour Le Havre », a-t-il déclaré.
 

Car si Edouard Philippe est élu, il souhaite cependant rester à Matignon. Et c'est Jean-Baptiste Gastinne qui sera maire le temps que le Premier ministre assure ses fonctions.

Damien Adam, député La République En Marche de Seine-Maritime a lui aussi affiché son soutien sur les réseaux sociaux. « Il a tout mon soutien pour continuer de transformer le Havre avec son équipe municipale. »
 

Les critiques de l’opposition

« La candidature d’Édouard Philippe au Havre pose la question de savoir si la France peut se permettre d'avoir un Premier ministre à temps partiel ? Je ne le crois pas ! », a déclaré Julien Bayou, Président du Rassemblent National au Conseil régional de Normandie.

« Ça en dit beaucoup sur la fébrilité de La République en marche qui a peur de ne pas gagner de mairie tant leur personnel politique n'est pas au niveau de ces élections municipales, et qui déguise des Républicains (...) ou des élus socialistes en marcheurs », a estimé Sébastien Chenu, le porte-parole du parti de Marine Le Pen, sur France 2. « C'est pour nous donner l'effet d'optique qu'ils ont du monde », a-t-il assuré, en faisant valoir que le RN, au contraire, « avance à découvert ».
 

Du côté d'Europe Ecologie les Verts, en Normandie, il s'agit d'une « mauvaise nouvelle pour les Havrais ».

Une candidature « profondément scandaleuse »
Yannick Jadot, eurodéputé EELV

« Est-ce que le boulot de Premier ministre est un boulot à mi-temps ? » L'eurodéputé EELV Yannick Jadot a jugé la candidature d’Edouard Philippe « profondément scandaleuse » alors que la France est « en burn-out social ».

« Pour moi c'est une forme de démission face aux difficultés des Français et y compris un manque de respect profond vis-à-vis des habitants du Havre, car au fond il dit je suis candidat mais je ne m'occuperai pas de vous quand je serai élu, si je suis élu », a insisté l'eurodéputé.
 

Du côté de la France Insoumise, le numéro deux Adrien Quatennens a retweeté la une de Paris-Normandie annonçant la candidature d'Edouard Philippe en commentant : « Mais d'abord je pète vos retraites ».
 

Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, a déclaré sur Radio Classique qu'il « comprenait (l') attachement (du Premier ministre) à sa ville » et que « peut-être » celui-ci « imagine ne pas rester trop longtemps à Matignon ».

Au havre, les habitants ne sont pas surpris

Interrogés dans les rues du Havre ce matin, les habitants ne semblent pas surprise par la candidature du Premier ministre : « On sait qu'il aime le Havre, on se doutait qu'il allait y avoir une candidature de sa part

Nous sommes très contents. Il a été un bon maire dans le passé et ses idées concernant la ville nous conviennent.

Concernant sa possible élection sans occuper le fauteuil de maire : « Son mandat de Premier ministre ne va peut-être durer encore longtemps. En tant que Premier ministre, il pourra peut-être faire quelque chose pour la ville de loin. Les dossiers pourraient remonter sur le haut de la pile.»

 

Sur le même sujet

Les + Lus