Pôle emploi vient en aide à ses usagers victimes de la fracture numérique

Prises au dépourvu lors du premier confinement, les agences Pôle Emploi avaient dû fermer en mars dernier. Cet automne, elles restent ouvertes. Principalement pour aider les chômeurs qui ne possèdent pas de matériel informatique ou peu enclins à les utiliser.
Archive pour illustration
Archive pour illustration © Cyril Sollier La Provence Maxppp
Les agences Pôles Emploi sont ouvertes au public. Malgré les restrictions de déplacement, les entretiens ont toujours lieu sur place, même si beaucoup de démarches chez Pôle Emploi peuvent se faire sur internet. 

Au Havre, l'agence de l'Hôtel de Ville est fréquentée par une centaine de demandeurs d'emploi tous les jours. Certains usagers ressentent encore le besoin de se déplacer. 

La jeune génération maîtrise, mais pour les gens de ma génération c'est mieux de venir ici.

Usagère de Pôle Emploi au Havre


Ces personnes viennent numériser des documents, recherche des offres dans les fichiers de l'agence et veulent garder le contact en face-à-face.
Deux conseillers ont d'ailleurs été embauchés pour renforcer l'équipe après le premier confinement.
 

Il y a un travail qui reste à faire. Le contact est prioritaire. On continue les formations, on a des personnes en service civique.

Mathilde Sénécal, responsable d'une agence Pôle Emploi au Havre

Des gilets bleus

Trois personnes en service civique, gilet bleu sur le dos, sont chargées d'expliquer les procédures informatiques aux demandeurs d'emploi. Leur objectif : permettrent aux chômeurs se débrouiller seuls une fois chez eux.
 

Il y a beaucoup de personnes qui nous demandent notre aide… Ce sont des personnes d'un âge avancé, qui ne parlent pas bien le français, ou en fracture numérique. Ce sont principalement des personnes de 40,50, 60 ans...

Nathan Gambini, employé en service civique


VIDEO :  Mathilde Brugnière, Karima Saïdi et Danilo Commodi (montage : Cécile Garzéna). 
Pôle Emploi s'adapte aux nouvelles règles sanitaires
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
baie de seine emploi économie coronavirus/covid-19 santé société