Un obus dans le coffre, il se présente devant une caserne de pompiers et sème la "pagaille"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Céline Brégand .

Un homme de 44 ans avec un obus dans le coffre de sa voiture s'est présenté au centre de secours de Montivilliers, près du Havre, en Seine-Maritime, lundi 5 décembre après-midi. Un périmètre de sécurité a été mis en place et les démineurs de Caen sont intervenus.

"Il a été assez mal inspiré de se balader avec un obus dans sa voiture", ironise Jérôme Dubost. Le maire de Montivilliers peut se permettre d'en rire un peu au lendemain des faits car l'histoire s'est bien terminée. Lundi 5 décembre en milieu d'après-midi, un homme de 44 ans s'est présenté au centre de secours de cette ville de Seine-Maritime, près du Havre. Dans le coffre de son véhicule, se trouvait un obus. 

"Il a appelé la police municipale qui a fait appel à nos services", explique la police du département mardi. D'après elle, l'homme de 44 ans aurait acheté un obus à un particulier. Le maire de la ville, qui a pu s'entretenir avec cet homme, raconte qu'il lui aurait expliqué avoir fait "l'acquisition de nombreux matériaux sur un site de vente en ligne" et qu'il aurait "trouvé l'obus parmi les matériaux".  

Pour l'instant, ni la police, ni les pompiers ne savent pourquoi l'homme s'est retrouvé en possession de l'obus, ni pourquoi il s'est rendu avec l'objet dans son coffre devant la caserne.

Périmètre bouclé, démineurs dépêchés sur place

"L'action du monsieur nous a conduits à déclencher un plan de crise en mairie", explique Jérôme Dubost. Un périmètre de sécurité autour de la caserne a été mis en place. La circulation a été fermée avenue Victor Hugo entre la place du Champ de Foire et la place du Commandant O' Reilly. Une vingtaine de logements situés en face de la caserne ont été évacués et huit résidents, dont des personnes âgées, ont été pris en charge par la mairie et mis à l'abri dans l'école Victor Hugo. 

Le service de déminage de Caen (Calvados) s'est déplacé pour prendre en charge l'obus. Selon les sapeurs-pompiers, l'expertise a rendu compte d'un obus ne présentant pas de risque d'explosion, même lors de la manipulation. De nombreux services ont ainsi été mobilisés entre 15h45 et 20h, heure de la levée du périmètre de sécurité. Ce qui a créé de "la pagaille au moment de la sortie des classes", ajoute le maire, décrivant un "moment pénible".  

Si c'est la première fois que Jérôme Dubost, maire de Montivilliers depuis deux ans seulement, rencontre une telle situation, la découverte d'engins explosifs sur les plages ou dans les campagnes normandes n'est pas exceptionnelle. Ces engins explosifs datant souvent de la Seconde guerre mondiale doivent cependant être traités pour ce qu'ils sont, des armes mortelles. 

Procédure à suivre en cas de découverte d'obus

Sur son site, la préfecture du Calvados rappelle les bons gestes à avoir en cas de découverte d'un obus. Surtout, ne le touchez pas, ne le manipulez pas. Il ne faut pas se fier à son état, ni à son aspect, il reste très dangereux. Si possible, prenez des photos. Si la munition se trouve à terre, il faut la recouvrir de terre ou de sable et baliser l'emplacement. 

Il faut ensuite signaler immédiatement la découverte à la police ou à la gendarmerie en composant le 17 ou alors la signaler à la mairie territorialement compétente. L'autorité de sécurité ou la mairie saisira ensuite la préfecture, qui est la seule habilitée à demander l'intervention du service de déminage. Les démineurs vous contacteront ensuite directement et procéderont à l'enlèvement de l'engin. Vous devrez préciser la nature de l'engin, les circonstances de votre découverte, les caractéristiques de l'objet (diamètre, longueur), le lieu précis de la découverte, et vos coordonnées. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité