Un automobiliste se présente chez les gendarmes avec deux obus sur la banquette arrière

Un habitant du sud de la Manche s'est présenté innocemment à la brigade de gendarmerie de Ducey pour remettre deux ogives d'obus. Les militaires n'en sont pas revenus en les découvrant simplement posées sur le siège arrière. La gendarmerie insiste : "Il ne faut jamais manipuler de munition. Ce n'est jamais sans risque !"

Sur cette terre de Normandie marquée dans sa chair par les combats et les bombardements de 1944, les découvertes de munitions demeurent quotidiennes. Le cas le plus fréquent, c'est l'obus retrouvé dans un champ lors de travaux agricoles. Mercredi, près de Carentan, un cultivateur est tombé sur trois objets suspects en labourant une parcelle. Il a aussitôt appelé la gendarmerie.

"C'est le bon réflexe à avoir, explique le lieutenant-colonel Yannick Le Sausse, le commandant en second du groupement de gendarmerie de la Manche. En 1944, beaucoup d'obus ont été ensevelis sans exploser. Ils remontent à la surface, comme des cailloux. Dans ces cas-là, nous agissons avec méthode. La zone est délimitée avec de la rubalise et nous prévenons le service de déminage qui se rend sur place". Vérifications faites, il s'agissait bien de trois obus datant de la seconde guerre mondiale.

Les deux ogives d'obus sont stockées dans du sable en attendant les démineurs

La gendarmerie insiste : certes, le temps a passé, mais l'aspect rouillé de ces engins peut se révéler trompeur. "Il faut vraiment être un spécialiste pour déterminer le niveau de dangerosité. Parfois, les explosifs sont encore en parfait état de fonctionnement". La consigne est stricte : il ne faut jamais manipuler d'armes et de munitions.

Sur sa page Facebook, la gendarmerie précise :

En cas de découverte de bombe, d’obus, de grenade ou de toute autre munition, surtout n’y touchez pas ! Vous pouvez prévenir le SIDPC de la préfecture ou tout simplement nous appeler en composant le 17. Nous sommes rompus au protocole

Gendarmerie de la Manche

"Surtout, il ne faut pas avoir peur de nous contacter, ajoute le lieutenant-colonel Le Sausse. On sait bien qu'il reste des choses dans les greniers. Parfois, on retrouve des armes chez le grand-père. Il faut nous appeler, on trouvera des solutions". Evidemment, il est fortement déconseillé de voyager avec ce genre d'engin. "D'abord parce que c'est interdit. On n'a pas le droit de détenir et de transporter des armes et des munitions. Surtout parce que cela peut être dangereux !"

Mercredi, à la brigade de gendarmerie de Ducey, les militaires ont photographié les deux ogives d'obus posées sur la banquette de la voiture. Manifestement, leur propriétaire les avait soigneusement briquées. "Nous avons contacté le service de déminage, raconte le lieutenant-colonel Le Sausse. Ils nous ont conseillé de les déposer soigneusement dans un bac rempli de sable en attendant leur intervention. Cela ne devait donc pas être sans risque !"

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité