Un promeneur brûlé par du phosphore laissé sur la plage lors du Débarquement

Publié le Mis à jour le

Mauvaise surprise pour un promeneur qui venait de ramasser une pierre sur une plage de Normandie. Une fois dans la poche de sa veste, elle a pris feu brusquement. Il s'agissait d'un morceau de phosphore. Le promeneur a été brulé à la main et à la jambe.

C'est une drôle de mésaventure qu'a vécue un promeneur alors qu'il se baladait avec sa femme sur la plage de Saint-Côme-de-Fresné, près d'Arromanches-les-Bains dans le Calvados.

L'homme ramasse une magnifique pierre d'un rose intense. Sa femme qui l'accompagne la rince dans l'eau de mer et le promeneur la place ensuite dans son blouson avec deux autres galets ramassés auparavant. Quelques centaines de mètres plus loin, la pierre s'enflamme brusquement.

Quand j'ai vu que de la fumée sortait de ma poche, j'ai vite compris que j'avais récupéré du phosphore. J'ai plongé ma main dans la poche mais je me suis brûlé les doigts. Le temps d'enlever ma veste, mon pantalon avait déjà pris feu.

Benoit Mabire

La victime

Le promeneur s'en sort avec une belle frayeur et des blessures assez sérieuses à la cuisse et aux doigts.

Le phosphore blanc ramassé par Benoit Mabire est en effet dangereux car il a la particularité de s'enflammer quand il est sec, au contact de l'air. La pierre récupérée dans l'eau de mer a vite séché au contact de l'air et s'est enflammée par le frottement avec les galets dans sa poche.

Un appel à la prudence sur les réseaux sociaux

Cette mésaventure n'est pas fréquente mais elle n'est pas non plus exceptionnelle. En juin 2019, sur la plage d'Omaha Beach à Saint-Laurent-sur-mer, un enfant avait été légèrement brûlé aux mains et aux cuisses par un engin incendiaire qu'il avait pris pour une pierre rouge. Il s'agissait d'une bombe au phosphore utilisée par les Américains pendant la Seconde Guerre mondiale. Sur sa page Facebook, Benoit Mabire lance un appel à la prudence.

Les plages normandes, théâtre du débarquement allié en juin 1944 voient ressurgir régulièrement des bombes au phosphore que les démineurs plongeurs de la Marine Nationale désamorcent toute l'année. Pour les fragments de phosphore blanc qui deviennent roses intense, presque rouges avec le temps, impossible d'intervenir. Il faut donc que les promeneurs qui retrouvent ces pierres inflammables s'arment de prudence. Il vaut mieux les laisser sur place, faire une photo de l'objet si possible et les signaler à la gendarmerie ou à la police en composant le 17.

En 2021, en Manche et en mer du Nord, l'action conjointe du groupes des plongeurs démineurs et des chasseurs de mines tripartites de la Marine nationale a permis de détruire 420 engins historiques, soit l'équivalent de 11 468 kilos de TNT.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité