Le vieux musée du Débarquement ferme définitivement ses portes à Arromanches : "on pense à tous ceux qui l'ont fait vivre depuis 1954"

Il fut le premier du genre à commémorer le Dday et la construction du port artificiel d'Arromanches : le musée du Débarquement accueille ses derniers visiteurs en ce jour de Toussaint, après soixante-huit ans de bons et loyaux services. Plus de 20 millions de personnes ont franchi ses portes depuis son inauguration en 1954. Son successeur est en construction. L'ouverture du nouveau musée est prévue en mars 2023.

Les vacances y sont un peu pour quelque chose. Arromanches voit passer beaucoup de touristes depuis quelques jours et la visite du musée demeure un incontournable. "Mais il y a un effet fermeture. Depuis qu'on a communiqué sur la date du 1er novembre, on a voit des visiteurs qui veulent revenir une dernière fois", explique Frédéric Sommier, le directeur de cette auguste institution. Quelque 1200 visiteurs devraient avoir franchi la porte du musée pour cette ultime journée de visite. "Ce matin, c'était un jour comme un autre, mais il y a l'émotion qui monte, ajoute le directeur. C'est une drôle de sensation. On pense à ceux qui ont fait vivre le musée depuis 1954". 

Arromanches, premier haut lieu du tourisme de mémoire en Normandie

Au lendemain de la guerre, la reconstruction des villes et des villages détruits en 1944 accapare toutes les énergies. Toutefois, l'idée d'entretenir le souvenir du débarquement s'impose peu à peu. "Dès 1945, les conseils municipaux des communes du Débarquement se réunissent régulièrement pour coordonner la reconstruction : ils présentent au préfet de Normandie les propositions concernant les plans d’aménagement et d’urbanisme, les monuments signaux et les plaques commémoratives, ainsi que l’organisation des anniversaires et cérémonies", rappelle le musée sur son site internet.

durée de la vidéo : 00h00mn20s
La pose de la première pierre du futur musée du débarquement est posée lors des commémorations du mois de juin 1952. ©INA
durée de la vidéo : 00h02mn10s
Le musée d'Arromanches ouvert dès 1954 fut le premier à rappeler le souvenir du débarquement du 6 juin 1944. ©INA

C'est Raymond Triboulet, le premier sous-préfet de la France Libre nommé à Bayeux en 1944, qui décide qu'un musée sera construit à Arromanches. Il pose la première pierre en 1952, sur la jetée, devant les vestiges du port artificiel. Le musée du Débarquement ouvre au public en 1954, dix ans seulement après l'opération Overlord. Il marque l'avènement du tourisme de mémoire en Normandie.

Plus de 20 millions de visiteurs depuis l'ouverture

En un peu plus de 68 années d'existence, le musée du Débarquement accueilli plus de 20 millions de visiteurs. "Vingt millions cinq-cents mille visiteurs à une centaine près, corrige le directeur. C'est la plus forte fréquentation pour un musée consacré au Débarquement. En Europe, on est dans le Top 3 sur cette thématique".

Une page se tourne. Un nouveau musée est en construction sur le même site. Le bâtiment d'origine doit être vidé et rasé cet hiver. "Ça va nous faire bizarre quand on va voir les premiers coups de pelleteuses..." Le chantier va bon train. La construction est en voie d'achèvement. "L'entreprise italienne Harmoge, chargée de fabriquer et d'installer le mobilier muséographique travaille en ce moment aux côtés des électriciens, carreleurs et installateurs de climatisation avant de laisser place aux socleurs qui installeront les collections dès le mois de janvier 2023", écrit le musée sur sa page Facebook.

Un nouveau musée construit comme un observatoire

Le nouvel établissement, qui nécessite 11 millions d'euros d'investissement, a été conçu par l'agence d'architecture Projectiles. "Quand les vestiges auront disparu, il restera le musée, écrivent les architectes. Cette phrase (...) dit bien les enjeux majeurs de ce projet que sont le souvenir, la connaissance et la transmission de cette histoire commune ainsi que notre devoir de mémoire au-delà de la disparition certaine des vestiges du port artificiel dans un futur proche."

Le bâtiment est un squelette de béton, clin d'œil aux caissons du port artificiel, clos par des vitres. Les visiteurs pourront ainsi scruter l'horizon. "Positionné comme il l’est, ce musée est de fait un observatoire", explique l'agence Projectiles. Si tout se passe comme prévu, les collections prendront place dans leur nouvel écrin à partir du mois de janvier. Le musée devrait ouvrir à la mi-mars. "Je pense déjà à la manière dont on va pouvoir accueillir les visiteurs", explique le directeur, non sans une certaine excitation. L'établissement sera lumineux, moderne. Rien à voir avec l'ancien. Le musée d'Arromanches a été entretenu et modernisé au fil du temps, mais il faisait bien son âge. La fréquentation de ce dernier jour d'ouverture en atteste, c'est aussi ce qui faisait son charme...

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité