Usine morte en juillet pour Renault Sandouville à cause d'une pénurie venue d'Asie

L'usine devra fermer d'ici la fin du mois de juillet pendant une période de treize jours, alors que le site avait déjà fermé plusieurs jours cette année pour les mêmes pénuries de composants électroniques.  

L'annonce a été faite officiellement en Comité social et économique (CSE) ce vendredi 25 juin dès 9h30. L'usine Renault de Sandouville, près du Havre, en Seine-Maritime, produit habituellement le véhicule utilitaire Trafic, mais elle est contrainte de stopper son activité et de fermer 13 jours, d'ici fin juillet, à cause de la pénurie de composants électroniques en provenance d'Asie.

"C'est un coup de massue, du jamais vu à Sandouville !"  

Selon le syndicat Force Ouvrière, majoritaire au CSE de l'usine, cette situation est inédite et elle est inquiétante surtout pour le personnel intérimaire du site qui, contrairement aux permanents, n'aurait aucune garantie de maintien de salaire durant cette période. 

En détail, les portes de l'usine située aux portes du Havre seront totalement closes aux dates suivantes : 

Les intérimaires, premières victimes 

Au total et en temps normal, le site normand emploie sur site 1900 salariés intégrés par Renault, auxquels viennent s'ajouter près de 3000 personnes, sous statut d'intérimaires ou employés par des sous traitants. Et c'est bien pour eux principalement que les craintes des syndicats sont aussi les plus vives. 

"Pour l'instant, la DRH ne nous a donné aucune garanties de maintien de salaires des jours chômés pour tous ces personnels, certes occasionnels mais qui, au final sont là en quasi permanence. Ils ont au moins 700 à ne pas bénéficier des mêmes accords que nous."  

Fabien Gloaguen, délégué FO Renault Sandouville

Avec la crise sanitaire, un accord d'entreprise dit CSA ou contrat Solidarités, avait permis d'aboutir à des conditions avantageuses pour le chômage partiel avec une seule journée de congé à poser par salarié pour cinq jours chômés et le maintien du salaire net à 100%.

Quel sera donc au final l'impact financier pour ces autres catégories de personnels précaires ? La première réponse de la DRH de Renault Sandouville aux syndicats serait celle d'une mise en relation très prochaine avec les sous-traitants et agences d'intérims concernés par cette mesure de fermeture. Mais sans aucun chiffrage ni détails à donner dans l'immédiat aux principaux intéréssés. 

Un site normand jusqu'ici assez préservé  

Depuis le début de cette année 2021, le site a en réalité déjà fermé au moins six jours pour les mêmes raisons. Un moindre mal comparé aux autres sites du groupe automobile français. 

"Jusqu'ici, nous avions été plutôt assez préservés car notre usine est servie en priorité par Renault. Au début du mois de juin, les employés avaient été priés de rester chez eux pendant deux jours et demi. Ils avaient alors été mis en activité partielle de longue durée. "

Cette pénurie mondiale de composants électroniques et de matériaux rentrant dans la fabrication des véhicules touche tous les constructeurs automobiles depuis le début de l'année 2021, en raison de la crise économique. Ces pièces se retrouvent surtout dans les équipements de sécurité des véhicules comme les air bags ou les calculateurs des ABS. 

Mais cette situation inédite entraine aussi d'autres conséquences concrètes qui inquiètent désormais les syndicats.  

"Halte aux cadences infernales ! "

Comment absorber les retards forcément induits dans la fabrication en cours de 7 000 véhicules ? Au début 2021, des objectifs chiffrés étaient plutôt encourageants pour l'activité de l'usine.  

Un prévisionnel qui avait même été augmenté au fil des mois : 100 000 véhicules à produire, puis 120 000 pour atteindre récemment 138 500.  

Forts de ce constat, les élus FO réclamant donc d'ores et déjà l'instauration d'une équipe de nuit dès que possible. La meilleure solution selon eux pour absorber ce surplus d'activité, une fois que l'usine aura retrouvé son rythme normal. 

"Les salariés ont déjà fournis beaucoup d'effort et là, ça risque d'être compliqué d'y arriver sans cadences trop lourdes à supporter !"  

Fabien Gloaguen, délégué FO Renault Sandouville

Le site de Renault Sandouville est actuellement en période de lancement de la production de la phase II du véhicule Trafic. Elle intègre 30 % de pièces électroniques supplémentaires par rapport à la phase I. Des pièces qu'il va falloir attendre patiemment. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 société économie automobile