Cet article date de plus de 5 ans

20 ans après le drame de la grotte de Montérolier, les familles rejettent la thèse officielle

Le 21 juin 1995, trois enfants et six adultes dont quatre pompiers meurent asphyxiés dans une grotte à Montérolier près de Rouen. L'enquête conclut à une intoxication au monoxyde de carbone, provenant d’un feu allumé par les adolescents.
Ce monument rend hommage aux victimes de la grotte de Clairefeuille à Montérolier.
Ce monument rend hommage aux victimes de la grotte de Clairefeuille à Montérolier. © France 3 Haute-Normandie
Le 21 juin 1995, trois adolescents Pierre, Thomas et Nicolas, âgés de 13 et 14 ans, vont jouer dans la grotte située dans le bois de Clairefeuille à 3 kilomètres de Buchy, près de Rouen. Les parents, inquiets de ne pas les voir revenir, décident d’aller les chercher. Le père de Thomas et Nicolas entre dans la cavité. Il n’en ressortira pas vivant tout comme un sauveteur bénévole et quatre pompiers.

Les neuf corps sont retrouvés seulement le lendemain matin car le préfet a décidé d’interrompre les opérations de secours afin de ventiler la grotte.

L’enquête va conclure à une intoxication au monoxyde de carbone. Les trois adolescents auraient été victimes du monoxyde de carbone émanant du feu de bois qu'ils avaient allumé à l'intérieur de la grotte. La justice rend un non lieu. Mais les familles ne croient pas à la thèse officielle. Elles évoquent la présence d’un gaz toxique qui proviendrait de munitions anciennes. La grotte est un labyrinthe de galeries construites par les Allemands en 1944 pour stocker des pièces des fusées V1, des bombes volantes. Des compositions chimiques et du cyanure ont été retrouvés dans le sang d'un des survivants

Un rassemblement est prévu devant la stèle, à l'entrée de la grotte ce dimanche 21 juin en souvenir des 9 victimes. 

VIDEO : le reportage de Karima Saidi et Bruno Belamri avec les interviews de :
durée de la vidéo: 02 min 13
20 ans après le drame de la grotte de Montérolier, les familles rejettent la thèse officielle


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers pompiers polémique société