• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Le grand magasin de jouets braqué 5 jours avant Noël à Tourville la Rivière (Seine-Maritime)

© France 3
© France 3

Un homme seul et à visage découvert a commis un vol à main armée

Par Richard Plumet

Deux heures à tourner dans les rayons

Un plan anti holdup, visant à surveiller les centres commerciaux, avait pourtant été annoncé vendredi après midi par le directeur de cabinet du préfet de Seine-Maritime. Mais cela n'a apparemment pas dissuadé l'auteur d'un vol à main armée de s'attaquer, dimanche midi, à une grande surface spécialisée dans les jouets située dans le centre commercial de Tourville-la-Rivière, près de l'A13, entre Rouen et Elbeuf.

Ouvert exceptionnellement ce 20 décembre, le magasin Toys'R'Us a accueilli ses premiers clients dès 10 heures. Et parmi eux, un homme vêtu d'un sweat à capuche. Un drôle de client qui va tourner dans les rayons pendant plus de deux heures et demie, faisant des allées et venues et observant toutes les personnes présentes.
Ce n'est qu'à midi trente qu'il va finir par s'adresser à une employée.

Ouvrant un pan de son vêtement, il découvre la crosse d'un revolver accroché à sa ceinture, montre l'arme, et, expliquant qu'il s'agit d'un braquage, dit à la salariée du magasin qu'elle "savait ce qu'elle avait à faire pour que cela se passe bien".  

A visage découvert

L'employée emmène alors le  braqueur (qui est tête nue et sans gants) à l'écart, dans un local interdit au public. Puis l'homme armé réclame le contenu du coffre du magasin. Pendant ce temps les clients présents dans les rayons et à la caisse sont rapidement évacués (via les issues de secours) par les autres employés.

Le voleur se fait remettre  l'argent du coffre, sort du magasin et prend la fuite en courant. Un employé se lance à sa poursuite, mais le braqueur a un complice qui attend au volant d'une voiture garée sur un parking voisin. Le suspect monte à bord et la voiture démarre rapidement, quittant le centre commercial…

Le butin serait de 5000 euros. La police, pourtant alertée très vite, n'a pas pu rattraper les fuyards.
Chargée de l'affaire, la brigade criminelle de la Sûreté départementale de Seine-Maritime a débuté une enquête…

A lire aussi

Sur le même sujet

Manger Bio et local, c'est l'idéal

Les + Lus