Cet article date de plus de 5 ans

Rouen : un père et son fils revendaient des téléphones portables haut de gamme contrefaits et défectueux

Les policiers de Rouen viennent de mettre fin à un trafic, très bien préparé, de faux téléphones haut de gamme. Achetés sur internet, les contrefaçons étaient revendues ensuite via le site d’annonces "le bon coin".
© Samsung.com
3 personnes seulement pour le moment, ont porté plainte mais l’enquête des policiers du commissariat de Rouen-Beauvoisine devrait permettre d’identifier d’autres victimes dans les prochains jours.

Les escrocs, installés sur le plateau Est de l’agglomération rouennaise, proposaient des téléphones portables Samsung Galaxy Note 4, via un site de petites annonces sur internet, au prix de 400 à 450 euros. L’affaire semblait intéressante et faisait espérer une économie très importante aux acheteurs potentiels. 

Des conditions de vente pourtant  rassurantes

Les escrocs, soigneux et précautionneux, faisaient tout pour éloigner les doutes des acheteurs. Le vendeur venait avec son père, les téléphones haut de gamme étaient proposés dans leurs boîtes. Les appareils étaient par ailleurs accompagnés de leurs factures d’origine.
Les faits se sont produits à plusieurs reprises entre le mois de novembre et la fin du mois de décembre 2014. Après un premier contact sur internet, les transactions se réalisaient donc en toute confiance, dans le secteur du quartier Saint-Marc, de la gare de Rouen ou encore à proximité du CHU de Rouen. 

Des imitations

Après quelques jours d’utilisation, tous les acheteurs sont confrontés à un même problème de batterie qui chauffe. Ils découvrent également que leurs appareils ne sont pas dotés des applications promises. Les vendeurs qui ont pris soin de se débarrasser de leur carte SIM sont évidemment injoignables. 
Un opérateur téléphonique leur signalera plus tard que les téléphones ne sont en fait que des contrefaçons et que leurs factures sont également de très belles imitations. 

Une enquête longue et difficile

Le trafic aurait pu ainsi continuer longtemps tant les escrocs avaient pris des précautions pour ne pas être repérés.
A chaque annonce publiée sur internet, ils prenaient le soin de laisser de fausses adresses IP (l’adresse informatique de tout ordinateur).
Les policiers du commissariat Beauvoisine à Rouen chargés de l’enquête sont alors dans l'expectative et dans l'attente d'un faux pas des escrocs. 
Un faux pas qui iterviendra plusieurs mois après le début de l'affaire. 
Début mai, les individus déposent une nouvelle annonce sur internet via le même site d'annonces gratuites, mais là ... ils oublient d'effacer leurs traces. Les policiers autorisés à effectuer les recherches auprès du site en question parviennent enfin à remonter jusqu'à eux. 

Une famille aisée du plateau Est de l'agglom​ération rouennaise

Mercredi 20 mai, 6 heures du matin : les policiers interviennent au domicile de ces individus. Ils saisissent alors les ordinateurs, 6 autres téléphones frauduleux ainsi que de l'argent en liquide. Selon la police, les 2 individus interpellés sont bien de la même famille. Ils s'agit réellement du père (44 ans) et de son fils (âgé de 17 ans). Tous les deux sont inconnus des services de police et, visiblement, ne seraient pas dans le besoin.
Ils ont "fait ça par bêtise" ont ils affirmé aux policiers. 
Une liste de 6 nouveaux noms de clients bernés a également été trouvée. Contactés par la police, ceux-ci ont confirmé être victimes de ces arnaqueurs mais n'avaientt pas osé porté plainte. "Par honte" disent-ils. 

Placés en garde à vue, ils ont ensuite été relâchés jeudi après-midi. 
Le procureur décidera de leur convocation devant la justice à la fin de l'enquête. Celle-ci devra permettre de dénombrer et d'identifier les personnes escroquées. 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité