Campus de Mont-Saint-Aignan : enfin une épicerie solidaire pour les étudiants

L'épicerie sociale Agoraé à destination des étudiants précaires a enfin ouvert ses portes sur le campus de Mont-Saint-Aignan. En plus d'être un lieu de solidarité, Agoraé se veut un lieu pour tous, d'échanges et de travail.

Agoraé, l'épicerie sociale et solidaire sur le campus de Mont-Saint-Aignan
Agoraé, l'épicerie sociale et solidaire sur le campus de Mont-Saint-Aignan © Quentin Tirot, Feder

Ce lundi, c'est jour de récolte et de réapprovisionnement pour l'épicerie sociale et solidaire Agoraé. Les étudiants bénévoles ont la charge de récupérer à la Banque Alimentaire de quoi achalander les rayons de l'épicerie.

Cette structure à destination des étudiants précaires a ouvert ses portes il y a trois semaines sur le campus de Mont-Saint-Aignan, dans la résidence du Panorama à côté du restaurant universitaire. Le Crous a mis gracieusement à la disposition des initiateurs du projet -la Fédération des Etudiants Rouennais- un local de 170 mètres carrés, partagé entre l'épicerie et un espace de rencontre et de travail. "Le projet a mis du temps à se réaliser, et puis le Covid est arrivé, et le Crous nous a rapidement trouvé un local. Ensuite toutes les institutions nous ont aidées et subventionnées, villes, département, Métropole, la Fage, Normandie Université...auxquels s'ajoutent de nombreux dons d'entreprises privées. On a eu les clés du local fin décembre, trois mois après nous étions ouverts !" explique Quentin Thirot, le président de la Feder.

Des bénéficiaires choisis sur des critères sociaux

La Feder propose déjà des distributions alimentaires gratuites depuis le début de la crise sanitaire pour les étudiants en difficulté. 500 personnes reçoivent cette aide à chaque distribution, et 1500 sont déjà venus au moins une fois. Le service de l'épicerie sociale lui, s'adresse à des étudiants qui ont la possibilité d'acheter des produits, proposés ici entre 10 à 20% du prix du marché. "Les personnes qui ont très très peu de moyens vont être redirigés vers les associations de distributions gratuites, comme les Restos du Coeur ou le Secours Populaire" poursuit Quentin Thirot. 

Les bénéficaires de l'épicerie sociale doivent répondre à certains critères sociaux, et il ne suffit pas d'être boursier pour y accéder. Les étudiants remplissent un dossier en ligne sur le site de l'Agoraé, qui sera ensuite étudié par une commission d'attribution qui calculera le reste à vivre de l'étudiant après qu'il a payé toutes ses charges. Les bénéficiaires reçoivent ensuite un carte d'accès pour venir à l'épicerie. Les horaires ne sont pas fixes et dépendent de la disponibilité des bénévoles.

La Feder dénombre 150 bénéficiaires depuis l'ouverture de l'épicerie, mais estime à trois fois plus les étudiants dans le besoin.

Un lieu de rencontre et de partage pour tous

"Agoraé a vocation à être un lieu de vie pour tous les étudiants, et pas seulement pour les bénéficiaires de l'épicerie sociale" s'enthousiasme Quentin Thirot. Il faut dire que l'espace ouvert et confortable avec ses fauteuils et tables de travail, invite à y passer un peu de temps. Pour l'instant les règles sanitaires limitent la présence des étudiants sur place.

Agoraé se veut aussi un lieu d'échanges et de travail
Agoraé se veut aussi un lieu d'échanges et de travail © Clara Violes

Le concept d'épicerie sociale et solidaire Agoraé est porté par la Fage, la Fédérations des Associations Générales Etudiantes. Sur le campus de Caen, l'épicerie Agoraé existe depuis 2014 et compte 300 bénéficiaires. Il existe actuellement une vingtaine d'épiceries de ce type sur les campus français.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société université éducation