Commerces vandalisés à répétition sur les Hauts de Rouen : des riverains inquiets

Le tabac du centre commercial Kennedy à Bihorel, près de Rouen, a été forcé à la voiture bélier dans la nuit du 13 au 14 août / © Droits réservés
Le tabac du centre commercial Kennedy à Bihorel, près de Rouen, a été forcé à la voiture bélier dans la nuit du 13 au 14 août / © Droits réservés

A Bihorel, sur les Hauts de Rouen, des riverains s'inquiètent des actes de vandalismes et tentatives de braquage perpétrés fréquemment sur les commerces du centre Kennedy. Dans la nuit du 13 au 14 août, le tabac du quartier a été dévalisé à l'aide d'une voiture-bélier. 

Par Ludivine Aurelle

Dans la nuit du 13 au 14 août, une voiture bélier force le rideau de fer du bureau de tabac du centre commercial Kennedy vers 2h15. Des voisins donnent l'alerte. Lorsque les équipages de la Brigade anti-criminalité (BAC) arrivent sur place, les malfaiteurs ont déjà pris la fuite. Les policiers constatent que tout le tabac a été volé, soit une dizaine de paquets car le propriétaire avait fait le vide avant de partir en congés. De nombreux dégâts matériels sont également à déplorer (cf photo). L'affaire a été confiée au Service régional de police judiciaire de Rouen (SRPJ). 

Pour le moment, personne n'a été interpellé. En revanche, une voiture qui pourrait avoir servi au vol du tabac presse a été retrouvée le 14 août en début de matinée. Le véhicule a été laissé calciné au niveau de la commune d'Estouteville-Ecalles (Seine-Maritime), il s'agit d'un Renault Scénic volé dans l'Oise.
 

Des riverains inquiets 

Ce n'est pas la première fois que les commerces de la rue du président Kennedy sont victimes d'actes de vandalisme et de vols. Le propriétaire du bar juste à côté du tabac est résigné : 

En un an, le bar a été visité 4 fois. Ça m'est arrivé qu'on me casse une porte vitrée pour une bouteille de whisky à 17 euros. Refaire une porte ça coûte 1000 euros, c'est pas plaisant. 

Le climat est devenu tendu au fil des semaines. Le boulanger en est venu à afficher sur sa boutique un mot : "Aux heures de fermeture, aucune espèce n'est laissée dans la boulangerie"

Deux caméras de surveillance sont installées dans le quartier. Les enquêteurs du SRPJ vont visionner les enregistrements pour tenter de reconnaître les cambrioleurs. 

Le reportage d'Angèle de Vecchi, Eric Proença-Pina et Joffrey Ledoyen. 
Commerces vandalisés à répétition sur les Hauts de Rouen : des riverains inquiets

A lire aussi

Sur le même sujet

Caen: Deux jours après la rentrée, le lycée Malherbe déjà bloqué

Les + Lus