Coronavirus : l'expérience de confinement de l'explorateur Matthieu Tordeur

Le rouennais Matthieu Tordeur a été le premier français à rallier le pôle sud en solitaire, sans assistance ni ravitaillement. Comme nous tous, il subit la crise du coronavirus. Contraint au confinement, il l'aborde avec philosophie et nous distille quelques conseils.  

Par Béatrice Rabelle

Il aime les grands espaces, les terres lointaines et méconnues.
Depuis l'âge de 16 ans, Matthieu Tordeur parcourt le monde, loin des sentiers battus.
 Le rouennais a soif d'aventure, et multiplie les expériences en solitaire.
Il a mené des expéditions dans plus de 90 pays : traversées du désert à pieds, tour du monde en 4L pour promouvoir la microfinance, traversée de l'Atlantique en voilier, périples en vélo à travers l'Asie et l'Europe.
 

Son dernier défi : le pôle sud
 

Le 13 janvier 2019, à l'âge de 28 ans, le jeune aventurier est devenu le premier français à atteindre le pôle Sud après 51 jours d'expédition en solitaire, sans aucune assistance ni ravitaillement. Un exploit salué par ses pairs dans le monde entier.

 

Matthieu Tordeur : comment l'aventurier vit-il son confinement ?
 

Comment un amoureux des grands espaces vit-il le fait d'être enfermé en quatre murs ?


Le normand a choisi de quitter Paris et de revenir sur ses terres natales pour affronter le confinement imposé durant la crise du Coronavirus. 
Habitué aux conditions de vie rudes et spartiates, le jeune aventurier, hébergé chez ses parents, relativise :

Le confinement qu'on expérimente tous depuis 24 heures, c'est un confinement de luxe,  on a accès à l'électricité, à la nourriture, alors qu'en Antarctique, c'était un confinement différent, dans un environnement plus contraint...


Matthieu Tordeur, résolument optimiste, ajoute :
 

On pourrait utiliser cette nouvelle contrainte pour faire des choses qu'on n'a pas l'habitude de faire, pour prendre du temps pour ses proches, par exemple

Le conseil de l'aventurier pour supporter le confinement : structurer sa journée

 Quand j'étais en Antarctique, j'avais des sessions de ski d'une heure, espacées de 5 minutes de pause pour tenir le coup. C'est un peu pareil maintenant : on est entre quatre murs...Je pense aux gens qui sont seuls dans leur appartement. Il faut se donner des objectifs et avoir une journée structurée par des activités. Je crois que ça aide à tenir, je recommanderai l'idée d'une routine


Matthieu Tordeur profitera quant à lui de cette période de confinement pour achever le livre qu'il est en train de rédiger, dans le calme de la maison parentale.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus