Confinement et cours à distance : les serveurs saturés rendent la reprise difficile pour les élèves normands

Depuis le mardi 6 avril, les élèves normands suivent leurs cours en distanciel et ce, pour une semaine. Ils sont nombreux à avoir eu des problèmes de connexion, un sentiment de "déjà vu" l'année dernière lors du démarrage de l'école à la maison.

Problèmes de connexions, bugs informatiques, espaces de travail inaccessibles ... les familles normandes ont eu du mal ce mardi 6 avril à reprendre l'école à distance.
Problèmes de connexions, bugs informatiques, espaces de travail inaccessibles ... les familles normandes ont eu du mal ce mardi 6 avril à reprendre l'école à distance. © PHOTOPQR/DNA/MAXPPP

L'école à distance "version avril 2021", a comme un goût de déjà-vu pour les familles normandes ! Les problèmes de connexions rappellent ceux de l'an dernier lors du 1er confinement. Ce mardi matin, ils étaient nombreux à vérifier leur propres box avant d'être certains que l'erreur venait des serveurs mis en place par l'éducation nationale.

Des parents agacés !

Sur les réseaux sociaux, les messages se sont multipliés pour faire part de tous ces problèmes de connexion. Les parents et leurs enfants sont confrontés aux mêmes messages d'erreurs que l'an dernier "en raison d’un trop grand nombre de connexions, vous ne pouvez pas accéder au portail" ! De quoi en lasser certains ...

Ca rappelle les bugs de l'an dernier, alors j'ai poussé un petit coup de gueule sur les réseaux ! Mon fils a fini par réussir à se connecter mais en retard pour son cours de 14h, et là, il fait un exercice mais ça déconnecte souvent ...

Matthieu - Père d'un élève de 3ème

Voilà le type de message ce mardi 6 avril sur les espaces numériques de travail (ENT), de quoi en décourager certains
Voilà le type de message ce mardi 6 avril sur les espaces numériques de travail (ENT), de quoi en décourager certains © Capture d'écran d'Arsène76

12 700 000 élèves suivent un apprentissage à distance

Comme le rappelle le ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, il y a près de 13 millions d'élèves concernés par l'enseignement à distance. Dans 6 régions, dont la Normandie, il y a eu "des lenteurs et des difficultés techniques ... dus à la forte surcharge des infrastructures". Ces lenteurs viennent parfois s'ajouter à des partages de connexions au sein de familles où tout le monde doit utiliser internet. De quoi rappeler de mauvais souvenirs !

J’ai essayé de me connecter sur l’ENT du collègue : il y avait marqué en raison d’un trop grand nombre de connexions  "vous ne pouvez pas accéder au portail". Je me suis retrouvée comme un an auparavant quand le 1er jour, les enfants ont eu cours en visio, je me suis dit on est censé apprendre de ses erreurs et bien non, cette année, c'est bis répétita ..."

Béatrice - Mère de deux adolescents

 

"Si j'arrive pas à me connecter, je vais être marquée absente ...ça me stresse !"

Et les élèves, comment ont-ils vécu ce démarrage cafouilleux ? Prenons Anaïs, élève de 5ème à Rouen : ce premier matin d'école à distance, elle n'a pas réussi à se connecter jusqu'au bout puisque l'ENT, l'enseignement numérique de travail, était déjà saturé. "Ceux qui s'étaient connectés assez tôt nous ont envoyé les devoirs à faire ... ils nous ont mis des infos sur notre groupe Whatsapp." De quoi glâner les renseignements de droite et de gauche, une situation inconfortable qui s'ajoute à des pratiques parfois compliquées.

Sur la pause du midi, j'ai pu me connecter, pour voir les devoirs mais les documents, les liens pour les visios c'est sur un autre site ... c'est compliqué de tout retrouver. Il faut regarder un peu partout.

Anaïs - Collégienne à Rouen

Le "trafic" se régularise progressivement

Coté Acédemie, on reconnait quelques ralentissements ce matin sur les Espaces Numériques de Travail (les fameux ENT) "en raison de la multitude de connexions simultanées liées à la mise en place depuis ce matin de l'enseignement à distance." Le trafic devrait se régulériser progressivement, il éatit même conseillé ce matin aux parents de ne pas se connecter sur l'ENT pour laisser plus de flux aux élèves.

Par ailleurs, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports expliquait qu'il y avait eu en plus, des "actes de malveillance" concernant le dispositif du CNED "Ma classe à la maison".

 

***

France Télévisions soutient la continuité pédagogique avec des contenus pour les élèves, les parents et les enseignants

Découvrez les #CoursLumni

France Télévisions mobilise ses médias dédiés à la jeunesse et à l'éducation pour accompagner la continuité pédagogique auprès des élèves, des enseignants et des familles pendant la fermeture des établissements scolaires et les vacances unifiées de printemps. 

Lumni.fr, le site éducatif de l'audiovisuel public, renforce son offre de contenus pour tous les niveaux et en particulier pour les élèves de 3e et les lycéens, avec une offre pour réviser et préparer les examens du brevet et du bac. 

France 4, chaîne jeunesse, bouleverse sa programmation; des cours filmés pour les primaires et les collégiens en journée pour l'école à la maison et des vacances apprenantes lors de la pause de printemps. 

Tout le programme : https://www.francetvpro.fr/contenu-de-presse/12040450

#ContinuitéPédagogique #NationApprenante #Ecolealamaison

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : école à la maison santé société covid-19 confinement