Heurts ce samedi à Rouen lors du défilé des gilets jaunes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Plumet .

Pour le 7e samedi du mouvement de protestation des gilets jaunes, plus de 1000  personnes sont rassemblées. Des heurts et violences ont déjà eu lieu en fin de matinée
 

C'est sur les réseaux sociaux que l'appel à manifester avait été lancé pour un rassemblement ce samedi 29 décembre à 10h devant l'hôtel de ville de Rouen.



C'est ainsi que plusieurs centaines de personnes  se sont regroupées en milieu de matinée avant de partir en cortège dans les rues du centre-ville. Rejoints par d'autres manifestants, les gilets jaunes (plus d'un millier) ont défilé en changeant d'itinéraire très fréquemment, comme pour jouer à cache-cache avec les forces de l'ordre.

durée de la vidéo: 01 min 19
VIDEO : le point à midi en direct dans le JT 12/13 de France 3 Normandie avec Maxime Fourrier





Slogans hostiles à Emmanuel Macron, banderoles et cris, mais aussi jets d'œufs et de pétards : la marche des gilets jaunes a suscité la surprise et la peur des clients des magasins des rues piétonnes et du marché de Noël.

 

 



Barricades, incendies et gaz lacrymo

En fin de matinée, c'est en haut de la rue Jeanne d'Arc que les premiers heurts ont eu lieu quand les gilets jaunes ont voulu se diriger vers la gare.



L'accès étant bloqué par les gendarmes mobiles, les manifestants ont monté une barricade avec les barrières du chantier en cours sur le boulevard. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène et tenté de disperser les gilets jaunes. Ceux-ci sont redescendus dans la rue Jeanne d'Arc où des poubelles ont été incendiées sur d'autres barrages installés au milieu de la chaussée.



Plus bas, c'est de la peinture jaune qui a été projetée sur les façades des banques.
 



Un peu avant 13h30 la banque de France a été prise pour cible par des manifestants et la porte d'entrée incendiée à l'aide de poubelles.



Des lancers de grenades, des jets de gaz lacrymogène et des charges de policiers et gendarmes se succèdent dans de nombreuses rues du centre-ville où les magasins ferment les uns après les autres, les rues se vidant de clients…



⇒ Plus d'infos à venir



La manifestation du matin est prévue pour continuer cet après-midi avec un nouveau rassemblement à 14h devant l'hôtel de ville de Rouen, et un nouveau défilé dans les rues du centre-ville.

 


 

Un journaliste frappé

Lors de la dispersion des manifestants en haut de la rue Jeanne d'Arc, un journaliste, notre confrère Simon Louvet, a été mis en joue par un policer armé d'un "flashball" avant d'être frappé de plusieurs coups de matraque.  

Tension et affrontements tout l'après-midi

Pratiquement toutes les rues du centre-ville de Rouen ont été le théâtre d'affrontements parfois très violents entre manifestants et forces de l'ordre. Incendies de barricades et jets de gaz lacrymogène se sont succédés tout l'après midi. 

 





A la tombée de la nuit les gilets jaunes étaient encore dans les rues proches de la cathédrale, poursuivis par les policiers qui ont lancé du gaz sur le marché de Noël de la cathédrale, où, pourtant, aucun gilet jaune ne se trouvait.  En fin d'après-midi, la préfecture de Seine-Maritime précisait à la rédaction de France 3 Normandie (et à l'auteur de cet article) que sur les 12 actions de gilets jaunes de ce samedi celle de Rouen a été la plus importante mais aussi la plus violente.

Selon la préfecture sur les 800 participants 200 fauteurs de troubles ont été comptabilisés, comprenant notamment des groupes de militants d'ultra-gauche.

 
VIDEO : le récit de ces affrontements par Maxime Fourrier, Bruno Belamri et Félix Bollez (montage : Stéphanie Pierson)

 

Un blessé grave

De nombreux dégâts sont à déplorer dans les rues du centre-ville de Rouen où le portail de la banque de France a été incendié et des façades de banques aspergées de peinture ou taguées. De nombreux feux de poubelles et de barricades ont nécessité plus de 25 interventions des sapeurs-pompiers.



Six personnes (chiffre de 17h30) ont été interpellées par les forces de l'ordre constituées de 80 policiers et d'une centaine de gendarmes mobiles.



Ces affrontements dans les rues de Rouen  ont fait 7 blessés, secourus par les pompiers. 6 blessés légers et un blessé grave.

Il s'agit d'un gendarme blessé assez grièvement par une brûlure à la main au second degré.



 
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité