Incendie Lubrizol : les établissements scolaires sont ouverts mais des parents refusent de laisser leur enfant en classe

Le rectorat a annoncé la nouvelle dimanche soir. Depuis l'explosion et l'incendie à l'usine SEVESO Lubrizol, 237 établissements étaient restés fermés dans plusieurs communes. Le nettoyage des suies a duré tout le week-end. Mais cela ne rassure pas les parents d'élève.

Cette école de Bois-Guillaume (Seine-Maritime) vient de rouvrir. Elle était fermée depuis le 26 septembre 2019, joue de l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen.
Cette école de Bois-Guillaume (Seine-Maritime) vient de rouvrir. Elle était fermée depuis le 26 septembre 2019, joue de l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen. © France 3 Normandie
La fille d'Aurélien Delauné n'ira pas en classe à l'école Graindor de Rouen ce lundi 30 septembre. L'établissement a bien rouvert ces portes ce lundi matin, comme les 236 autres fermés depuis l'incendie de l'usine Lubrizol. Mais pour le père de la fillette de 3 ans, les conditions de sécurité ne sont pas réunies. 


Les enfants ont été identifiés comme un public plus vulnérable par les services de la Préfecture de Seine-Maritime" explique Aurélien Delauné.


Dès dimanche 29 septembre, il a fait circuler un message aux autres parents d'élève de l'école. Une dizaine d'entre eux s'est déjà associée au projet de lettre qui sera adressé au préfet.

Dans ce document, les parents posent de nombreuses questions aux services de l'Etat :
Le courrier doit être adressé très prochainement à la Préfecture. Dès ce lundi matin, une copie a été remise à la direction de l'établissement scolaire et à un représentant de l'Inspection académique présent pour la réouverture de l'école Graindor à Rouen. 

Ces questions sont légitimes et concernent tous les citoyens, et pas seulement les enfants »  précise Aurélien Delauné.
 

On est très angoissé, on a peu d'explications à donner à nos enfants

A Boisguillaume, les enfants retournent dans les écoles après la pollution de Lubrizol

Les personnels de trois établissements font jouer leur droit de retrait


La rentrée est aussi mouvementée au collège Fernand Léger de Petit-Quevilly où une partie des professeurs a fait valoir son droit de retrait. 

Les personnels pensent qu’il subsiste un danger grave et imminent au sein de l'établissement étant donné que nous sommes à 700 mètres de l'usine Lubrizol et que nous avons constaté un grand dysfonctionnement dans le système d'alerte jeudi dernier. Etant les plus proches, on aurait pu s'attendre à ce que les élèves sortent dès 8 heures, alors que les derniers sont partis vers 10 heures 30" précise Clément Lefèvre, professeur de SVT (SNES/FSU).

Le personnel du collège F. Léger de Petit-Quevilly exerce son droit de retrait ©France 3 Normandie


Le personnel attend la tenue d'un comité hygiène sécurité et condition de travail extraordinaire de l'éducation nationale ce lundi dans l'après-midi pour envisager la suite qu'il donnera à son action.

La situation est identique aux collèges Georges Braque et de Fontenelle à Rouen. A Fontenelle, des élèves se sont plaints de maux de tête et de vomissement. Aurélie Soly, mère d'une élève de 11 ans a préféré retirer sa fille du collège. 

Je ne remets pas mes enfants à l'école jusqu'à nouvel ordre. Je vais les amener chez ma mère qui vit à une heure de Rouen" indique Aurélie Soly.

Pour rappel, l'obligation de scolarité reste valable. Mais selon les représentants de l'école Graindor de Rouen, l’inspecteur d'académie qu'ils ont rencontré ce lundi, leur a précisé qu'il n’y aurait pas de conséquences administratives en cas d’absence suite à l’incendie. Une tolérance sera appliquée. Il est demandé aux parents de signaler l’absence de leur enfant et la raison auprès du chef d'établissement. 

L'ensemble des établissements concernés par la pollution ont été nettoyés annonce le Rectorat


Dimanche 29 septembre en fin de journée, le rectorat annonçait que les nettoyages avaient été réalisés dans tous les établissements publics et privés.

"Toutes les écoles, collèges et lycées publics et privés sous contrat du département de la Seine-Maritime seront ouverts demain lundi 30 septembre à l'issue des opérations de contrôle ou, pour les établissements souillées, des opérations de nettoyage.

Les informations recueillies auprès de tous les sites scolaires ont permis de vérifier que l’ensemble des collectivités territoriales de rattachement (Communes, Département, Région) ou acteurs privés ont, pour les établissements concernés, bien effectué les nettoyages recommandés dans le cadre du protocole de l’Agence Régionale de Santé.

La vérification des informations sur la situation des derniers sites a été réalisée au cours de l’après-midi. A 14 heures, 25 écoles devaient encore faire l’objet de vérifications."

A Rouen, la transparence sur les suies retrouvées

La mairie de Rouen a publié un communiqué ce dimanche. Elle renseigne sur les écoles où de "rares traces de suies pouvant laisser à un lien avec l'incendie" ont été retrouvées.

►"quelques traces noires" sur les rebords intérieurs de fenêtres► à l'extérieur, "des traces" 
A Quincampoix près de Rouen, le nettoyage des écoles, aires de jeux et bibliothèque est terminé.
 
A Quincampoix, le nettoyage dans les écoles souillées par les résidus de Lubrizol
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lubrizol environnement pollution société éducation