Journées du Matrimoine : les femmes sur tous les fronts, et au champ d'honneur

Elles sont artistes, architectes, médecins ou résistantes, et ont en commun d'avoir été oubliées et négligées par l'histoire, la grande Histoire, celle qui honore ses héros masculins. Les journées du matrimoine donnent une nouvelle visibilité à nos héroïnes, ailleules, mères, soeurs et amies.

Journées du matrimoine
Journées du matrimoine © J. Bègue, FTV
Les journées du matrimoine sont accolées depuis quatre ans aux journéees du patrimoine. L'égalité entre les hommes et les femmes est un combat qui concerne tous les aspects de la société, et la culture est le medium idéal pour les évoquer.
En Normandie, les femmes créatrices et intellectuelles sont mises à l'honneur du 17 au 20 septembre, à travers 74 projets culturels, et 58 lieux !
Concerts, spectacles, lectures... le programme est foisonnant et permet de découvrir d'illustres inconnues, ou de mettre en valeur des femmes remarquables.
Journée du matrimoine ©France 3 Normandie

 

Au Stand des Fusillés de Grand-Quevilly, des poteaux d'exécution et des stèles commémoratives viennent rappeler aux visiteurs un pan de notre histoire locale. Cet ancien stand de tir est devenu pendant la deuxième guerre mondiale un lieu funeste où les allemands fusillaient récalcitrants et résistants.

Les plaques commémoratives égrènenent les noms des 76 hommes martyrisés, tués entre 1940 et 1944.
Pourtant, des femmes résistantes et qui le payèrent de leur vie, il y en eu. 

Florentine, Thérèse, Augustine, Lucienne, et les autres

Florentine, Thérèse, Augustine et Lucienne qui combattaient au sein du réseau de résistance Salzman, ont été emprisonnées dans la même geôle du Palais de Justice le 19 avril 1944. Cette nuit là, les alliés bombardent Rouen.
Les quatre femmes chanteront toute la nuit jusqu'à leur libération par les alliés.
Si l'histoire les a oubliées, elles n'ont pas été effacées des mémoires familiales. 
Et c'est une partie de cette histoire et de ses prolongements contemporains, qu' Elvire Le Cossec a choisi de raconter

Elvire le Cossec, photographe, réalisatrice, comédienne, est aussi l'autrice de "Minuit, Libération" . Elle a souhaité redonner leurs places à ces femmes à travers un spectacle de lecture au Stand des Fusillés. 

Comment peut-on au 21ème siècle pour taire encore cette partie de l'histoire ? J'ai eu envie de rendre hommage à ces femmes qui ont fait des choses extraordinaires, bien plus fortes encore car jamais leur égo n'a pris le dessus, jamais elles n'ont dit "moi je l'ai fait"

Elvire Le Cossec, autrice de" Minuit, Libération"
 

Les quatres comédiennes prendront place devant la stèle commémorative, sur laquelle aucun nom de femme ne figure.
"Ici même, aucun nom de femme sur ces plaques, les femmes n'étaient pas fusillées...enfin, on leur mettait bien une ou deux balles dans la tête, mais c'est tout..." 

"Pourquoi faut-il qu'en tout temps, le plus grand compliment qu'un homme puisse faire à une femme, est qu'elle est un homme ?"



Minuit, Libération
Collectif Commune Idée/ Compagnie La Dissidente
Diamche 20 septembre à 16h
Stand des Fusillés, avenue des canadiens au Grand-Quevilly
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture théâtre