Métropole rouennaise : le projet d'implantation d'Amazon sur l'ancien site de Pétroplus avance et divise

Le nom de l'entreprise n'est pas officiel, mais il s'agirait bien d'une plate-forme d'Amazon, aménagée sur l'ancien site Pétroplus au sud de Rouen. L'enquête publique est ouverte jusqu'au 25 septembre 2020, des élus métropolitains affichent leurs désaccords. Un avis défavorable a été adopté.

Visuel paysager de l'entrepôt de e-commerce sur l'ancien site de Pétroplus à petit-Couronne. Il pourrait ouvrir en 2023, au plus tôt.
Visuel paysager de l'entrepôt de e-commerce sur l'ancien site de Pétroplus à petit-Couronne. Il pourrait ouvrir en 2023, au plus tôt. © Permis de construire déposé par l'entreprise GPL
L'ancienne raffinerie Pétroplus, située à Petit-Couronne, est dépolluée et réaménagée depuis 4 ans par l'entreprise Valgo. Des lots sont attribués à différentes entreprises qui viendront s'y installer. 
Deux lots sont acquis par GPL ( Global transport Logistics), dont un sera aménagé en entrepôt de stockage pour une grande entreprise de e-commerce, il s'agirait d'Amazon. L'enquête publique concernant ce projet est ouverte jusqu'au 25 septembre 2020.

La Métropole Rouen Normandie est contre

Comme fin septemnbre, quand des élus locaux ont exprimé leur déscaccord ( ► Lire plus bas) sur l'arrivée d'Amazon, un débat a eu lieu entre les pour et les contre hier (lundi 5 octobre 2020 parmi les conseillers de la Mtéropole-Rouen-Normandie.

Le risque incendie d'"Une usine à colis"
Dans le cadre d'une délibération du conseil métropolitain pour avis dans le contexte de l'enquête publique sur un projet de base logistique de 170.000 mètres carrés à Petit-Couronne sur l'ancien site de la raffinerie Petroplus, un avis défavorable a été voté à la majorité.

VIDEO : le dossier Amazon à la Métropole de Rouen (à 4:29:36)

Maire de Déville-lès-Rouen, Dominique Gambier a commenté cet avis dans un tweet :
"La Metropole refuse Amazone;tristesse de refuser des emplois qui iront ailleurs ; nous avons tant de personnes qui cherchent du travail , que nous avons une friche à reconvertir à Petit Couronne ; des réponses existent aux exigences en matière environnementale ou incendie".

Le projet en chiffres

Cet entrepôt sera aménagé sur une terrain de 16 hectares, il aura une emprise au sol de 50 000 m2 sur plusieurs niveaux, en tout il fera donc 160 000 m2. L'entreprise qui pilote ce projet met en avant la non-dangerosité des produits surplace, puisqu'il s'agit  "de produits standards, de la papeterie, des DVD, des produits électroniques ..."
En pleine activité, cette entreprise fera travailler 1500 salariés. 
Plan de situation du projet de base logistique sur le terrain de l'ancienne raffinerie de  Petit-Couronne (Seine-Maritime)
Plan de situation du projet de base logistique sur le terrain de l'ancienne raffinerie de Petit-Couronne (Seine-Maritime) © Extrait du dossier de permis de construire / GMP/ Agence Franc SAS

Des élus et des associations s'opposent à l'implantation d'Amazon

Les élus de Grand-Couronne, commune voisine de Petit-Couronne où sera implantée l'entrepôt, ont fait part lors du conseil municipal du 17 septembre 2020, de leur opposition à cette implantation. En cause, le flux de circulation engendré mais également la disparition d'emplois locaux face à un géant de l'e-commerce.

Nous avons le rapport du Service départemental d'incendie et de secours qui fait état de grosses difficultés, notamment pour circonscrire un éventuel incendie sur le site. Et puis d'un point de vue environnemental, cette activité va générer un trafic important de poids lourds. Ce sont 330 000 colis qui devront être traités chaque jour. Ils passeront sur la rocade qui dessert notre commune."

Julie Lesage, maire (PS) de Gand-Couronne

Petit-Couronne : la possible implantation d'Amazon ne fait l'unanimité chez les maires voisins ©France 3 Normandie
Cet argument éthique est également soutenu par les élus Verts de la métropole rouennaise. Soutenus par l'association Les amis de la terre, ils alertent les militants locaux sur les problèmes engendrés.

Le combat contre Amazon est culturel, éthique.
Aux Etats unis, c'est 25 % de l'emploi détruit suite à leur implantation. Au moment où le commerce est compliqué du fait du covid, c'est surréaliste que l'Etat laisse continuer le développement de leur principal concurrent.
Je ne comprends pas ce paradoxe là. 

Cyrille Moreau, président du groupe des  élus écologistes à la Métropole Rouen Normandie

Vers un recours juridique ?

L'association les amis de la Terre pourrait déposer un recours juridique contre cette implantation, ces militants sont mobilisés sur le thème de la sur-consommation, ils ont déjà  fait condamner l'entreprise de e-commerce en justice, pendant le confinement pour réclamer plus de protection pour les salariés. 

Les réponses de l'entreprise d'e-commerce

L'entrepôt permettra de créer 1500 emplois en pleine activité et n'aura pas d'incidence sur les commerce locaux puisqu'il s'agit d'une plate-forme qui dispatche ensuite les colis vers d'autres entrepôts en france, dits "du dernier kilomètre."
Concernant les camions, une étude les estime à 210 par jour, soit environ 13 à 17 camions par heure, de nouveaux aménagements permettront de relier rapidement le port maritime et les axes autoroutiers.

Les chiffres-clefs de ce projet

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie économie numérique amazon entreprises politique société polémique économie économie numérique amazon entreprises polémique société politique amazon entreprises société politique