Un mois dans le "désert blanc", Matthieu Tordeur raconte sa dernière expédition : une traversée du Groenland

Matthieu Tordeur revient d'une expédition dans l'une des rares zones épargnées par le coronavirus, le Groenland. C'est en ski-kite que l'explorateur rouennais a traversé cette île de l'Arctique, fragilisée par le réchauffement climatique. Il nous a raconté son aventure.


 
L'explorateur normand a traversé ce désert blanc en un mois à l'aide de ski-kite
L'explorateur normand a traversé ce désert blanc en un mois à l'aide de ski-kite © Matthieu Tordeur

Une aventure imprévue

Matthieu Tordeur se sent chanceux. Il y a quelques jours encore il était au Groenland pour une expédition complètement imprévue.

Dans un monde marqué par la crise du coronavirus et la fermeture de beaucoup de frontières, l'explorateur normand a pu partir à l'aventure grâce à un désistement : mi-août, il est contacté par un guide qu'il connaît. L'homme doit partir avec 3 compagnons traverser le Groenland en ski-kite, mais l'un des participants resté bloqué aux Etats-Unis annule sa venue, 3 semaines avant le départ. Matthieu accepte sans hésiter de le remplacer.
 

Quand on m’a fait la proposition, je me suis dit que c’était une chance incroyable, de partir dans ce contexte là, où toutes les expéditions et événements sont annulés.

Matthieu Tordeur, explorateur


  

Tractés par la force du vent, le Rouennais et son traîneau ont parcouru près de 1000 kilomètres en un mois. Une expédition parfois dangereuse, l'équipe a été immobilisée près d'un tiers du temps en raison de violentes tempêtes.

Matthieu raconte: "quand il y a un vent à 90km/h, on ne sort pas le petit doigt en dehors de la tente. On fait ses besoins dans la tente parce que c’est impossible de sortir, on ne voit pas à un mètre, c’est trop dangereux".  

 
Matthieu Tordeur est rentré fin septembre d'une expédition d'un mois au Groenland.


Un trésor à préserver

Mi-septembre, le principal glacier de l'Arctique s'est fracturé. Une masse de 113 km², l'équivalent de la surface de la ville de Paris, s'est détachée. C'est ce qu'ont constaté des scientifiques danois.

Le phénomène est dû au réchauffement climatique car la fonte de la calotte glaciaire s'accélère. D’après une récente étude universitaire, la diminution des surfaces gelées au Groenland devrait augmenter le niveau des mers de 10 à 12 cm d'ici 2100.
 
Le Groenland, un désert blanc qu'il faut préserver
Le Groenland, un désert blanc qu'il faut préserver © Matthieu Tordeur

Pour l'explorateur normand, ce type d'expédition est un moyen de faire connaître les grands trésors de notre planète et permet d'alerter sur la crise climatique que nous traversons :"On voit tout cet environnement magnifique qu'on est un petit peu en train de détruire ou qui ne va pas perdurer. Si on arrive à mieux le comprendre, on aura peut-être envie de mieux le protéger. Moi c'est un petit peu ça mon rôle, de montrer ces images-là et puis après de monter des projets à l'avenir pour défendre l'environnement"

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aventure exploit société sorties et loisirs réchauffement climatique environnement coronavirus/covid-19 santé