Mort de la petite Keyssi à Gonfreville L'Orcher : l'accusé condamné à 30 ans de prison

Publié le Mis à jour le

Dernier jour ce jeudi 23 juin 2022 aux assises de la Seine-Maritime du procès de meurtrier présumé de la petite Keyssi. Cette fillette de 3 ans aurait été tuée et violée à Gonfreville l'Orcher en juin 2019 par un ami de sa mère. L'accusé est condamné à 30 ans de prison, dont 20 avec sûreté.

Trente ans de réclusion criminelle, vingt ans avec sûreté, pour le meurtrier présumé de la petite Keyssi, décédée en juin 2019. Le corps de la fillette de 3 ans avait été retrouvé sans vie au domicile familial à Gonfreville L'Orcher. Elle aurait été battue et étouffée alors qu'un ami de sa mère, l'accusé, assurait la garde de l'enfant et de sa sœur de 5 ans. Un fait divers qui a profondément choqué sur place. 

L'autopsie avait révélé une mort par asphyxie et des traces de coups sur le corps de l'enfant, et les doutes se sont rapidement tournés vers cet homme. Le suspect avait été interpellé dans le quartier de l'Eure, écroué et mis en examen pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans, mais également pour viol sur la sœur de la victime.

Après 4 jours de procès, l'accusé est condamné pour violence volontaire sans intention de donner la mort et pour le viol des deux fillettes. Il a dix jours pour faire appel.

"Après Keyssi, Frédéric François est le deuxième grand absent de ce procès". C'est par ces mots qu'a débuté le réquisitoire de l'avocate générale en ce dernier jour de procès ce jeudi matin à la cour d'assises de Seine-Maritime. "Il est resté tête baissée, n'a pas réagi en ces 4 jours", poursuit la magistrate. 

Concernant les viols des deux fillettes, l'avocate de l'accusé avait défendu son client sur la base des rapports des experts médicaux qui indiquent que l'hymen des deux jeunes filles n'as pas été perforé. Alors comment l'ADN de l'accusé s'est retrouvé dans le vagin de Keyssi ? 

Sur le décès de la jeune fille, la défense maintient que son arrêt cardiorespiratoire est inexplicable. L'avocate avait demandé la relaxe totale de son client.