• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Municipales 2020 : la bataille de Rouen se prépare en coulisses

© Rouen.fr
© Rouen.fr

Dans un an, les élections municipales pourraient rebattre les cartes et modifier le paysage politique rouennais. Mais quels sont les candidat(e)s potentiels et pour quels partis ? Le point sur les premières hypothèses.  

Par Catherine Lecompte

Rien n'est encore officiel, mais à un an des prochaines élections municipales, les états majors des partis fourbissent déjà leurs armes et certains noms de candidats potentiels commencent à circuler sérieusement. 
Voici un petit point sur les premières rumeurs qui nous sont parvenues.  
 

Parti socialiste


C'est quasiment officiel. Yvon Robert ne briguera pas de nouveau mandat. Mais ce départ sonnera-t-il la fin de l'ère socialiste à la mairie ? L'ancien fief de la Fabiusie est il déjà réservé ? Obéissant aux consignes nationales édictées à Paris, le parti devrait désigner son candidat par un vote des militants à l'automne. Récemment, la fédération rouennaise avait commandé un sondage pour "tester" la popularité de ceratines personnalités préssenties. Le nom de Nicolas Mayer-Rossignol, l'ancien président de la Région, serait un des favoris. Ses soutiens commençent à se déclarer au grand jour comme par exemple Nicolas Rouly, le premier secrétaire fédéral ou le président de la Métropole, Frédéric Sanchez. Sa présence a été ces derniers temps renforcée et remarquée lors de nombreuses réunions du Grand Débat National.

Extrême gauche


Une liste commune entre le Parti communiste et la France Insoumise est elle envisageable ?  A priori, la réponse serait négative. Les deux partis d'extrême gauche devraient en principe présenter chacune leur propre candidat. Manuel Labbé, élu communiste à la Ville, ferait la course en tête. À la France insoumise, les responsables des différents groupes d'action ne souhaitent pas encore se communiquer officiellement sur le sujet mais ne rejettent pas la possibilité de présenter leur propre candidat.
 

La République en marche


Jean-Louis Louvel, patron du groupe PGS, président du club de rugby et nouveau patron de Paris-Normandie, sera t il sur la liste?  Il "seraît prêt à s'investir pour Rouen et ses citoyens " mais uniquement avec le soutien de ses proches. Pour l'instant, il serait plutôt dans un rôle d'observateur  pour éventuellement se ranger derrière "un homme ou une femme" dont le discours parviendrait à le convaincre.
Sous quelle étiquette politique menerait il la bataille ?  Pour ceratins élus LREM , il auraît le profil,  même si des points restent à clarifier et que d'autres noms circuleraient déjà Comme Robert Picard, conseiller municipal centriste qui vient de rallier LREM. Ou encore Damien Adam, député de la 1re circonscription. 

Les écologistes

"Il faut une liste pour représenter l'écologie politique", a affirmé Jean-Michel Bérégovoy d'EELV. à nos confrères de Tendance Ouest. Mais pour l'heure, aucune certitude sur l'étiquette, ni sur les alliances potentielles. Quant à sa propre candidature, elle reste encore très incertaine. 
   

Droite et Centre

A priori, c'est Hervé Morin, président de la Région Normandie, qui aurait les cartes en mains. Également à la tête du parti Les Centristes, il a lancé en commun avec Les Républicains un sondage, confié à l'Ifop, comme cela avait été fait pour la Ville d'Amiens, en 2013. "Celui qui arrive en tête de ce sondage est désigné candidat", explique Hervé Morin qui évoque les mois de septembre ou octobre pour l'organiser. Parmi les noms cités : Marine Caron,, Patrick Chabert ou encore Jonas Haddad.

Rassemblement national

Au sein du parti de Marine Le Pen, les choses seraient plus avancées. Guillaume Pennelle, 44 ans, professeur d'histoire-géographie serait plus que préssenti comme candidat.  En 2014, la liste qu'il emmenait avait pu se maintenir pour une triangulaire au second tour et recueillir un peu moins de 12 % des voix. En 2020, il entend mener campagne pour plus de représentativité des Rouennais au sein de la Métropole et pour le désendettement de la Ville.

Les autres .....


D'autres partis et leurs candidtas potentiels convoitent aussi la mairie de Rouen. L'Éveil citoyen d'Abdelkrim Marchani devrait former une liste pour porter une vision hors des partis et mettre en avant la démocratie participative.
Génération.S, le parti de Benoît Hamon, pourrait également se lancer dans la course, même si Laura Slimani, se concacre entièrement en ce moment entièrement à sa campagne pour les élections européennes. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sébastien Lecornu, extrait DEP du 12/05/19

Les + Lus