Un nouveau moteur à Cléon ? Au lendemain de l'annonce d'Emmanuel Macron, les syndicats sont inquiets

Après la présentation d'un plan de relance pour l'industrie automobile qui fera la part belle aux voitures électriques, CGT et CFDT de Cléon sont dubitatifs sur le maintien de la production des moteurs thermiques

 

Emmanuel Macron à Etaples le 26 mai 2020 et l'entrée de l'usine Renault de Cléon
Emmanuel Macron à Etaples le 26 mai 2020 et l'entrée de l'usine Renault de Cléon © France Télévisions
Le président de la République a présenté hier (26 mai 2020) les trois axes d'un grand plan de soutien à la filière automobile française (Lire plus bas).
Parmi les déclarations concernant le groupe Renault, Emmanuel Macron a annoncé que "Renault a pris la décision de développer le nouveau moteur électrique de l'alliance à Cléon, projet initialement prévu en Asie".

Cette usine de Cléon, située au sud de Rouen, près d'Elbeuf (Seine-Maritime), est spécialisée dans la fabrication de moteurs thermiques (notamment diesel) et de boites de vitesse pour le groupe Renault. En 2015 s'est ajoutée  la production du moteur électrique R240 qui équipe la Zoé et la Smart

Ce matin, les représentants des principaux syndicats de Renault Cléon commentaient avec scepticisme l'annonce d'Emmanuel Macron :

Si ça s'avère exact, tant mieux ! Mais ça va pas régler le problème de fond qui est l'avenir du moteur thermique. On sait aussi que pour fabriquer un moteur électrique il faut 7 fois moins de personnes que pour un moteur thermique ou une boîte de vitesses, d'où notre inquiétude…
- William Audoux, secrétaire CGT- Renault Cléon

Nous sommes inquiets, effectivement. L'électrique c'est l'avenir, mais l'impact social risque d'être conséquent. Si on maintient le site, OK, mais par contre la réduction d'effectifs elle sera notoire ! Donc en terme de relance je pense qu'on peut mieux faire !
- Pascal de Maayer, secrétaire CFDT- Renault Cléon

Un nouveau moteur à Cléon ? Réaction des syndicats
VIDEO : Frédéric Nicolas et Patrice Cornilly

8 milliards d'euros 

En déplacement  à Etaples (Pas-de-Calais) dans une usine de l'équipementier automobile Valeo, le président de la  République a présenté le plan de soutien du gouvernement pour l'industrie automobile."L'État au total apportera un peu plus de 8 milliards d'euros d'aide au secteur automobile" a annoncé Emmanuel Macron. Un plan qui a pour ambition de faire de la France "La première nation productrice de véhicules propres en Europe, en portant à plus d'un million par an sous 5 ans la production de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hybrides" Dans ce plan de relance, Renault a pris l'engagement de tripler, d'ici 2022, la production de véhicules électriques.

Avant, dans trois jours, la présentation du plan d'économies de 2 milliards d'euros du constructeur Renault, il n'y a pas eu cet après-midi d'annonces du président de la République concernant l'avenir de l'usine Alpine de Dieppe.

Relocalisation à Cléon

Seule l'usine normande de Cléon, près de Rouen, a été citée par Emmanuel Macron : "Renault a pris la décision de développer le nouveau moteur électrique de l'alliance à Cléon, projet initialement prévu en Asie".

Une nouvelle qui illustre la volonté de "relocaliser la  production à valeur ajoutée sur notre sol"
 
► Plus d'infos à venir
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie transports environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter