Oissel: SOS Gares se mobilise pour sauver les guichets SNCF

© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

Cette semaine, une association d'habitants de la métropole rouennaise s'est mobilisée pour préserver ses guichets SNCF. 
SOS gares réclame leur maintien pour assurer les ventes de billets, mais aussi plus d'agents dans les trains ou sur les quais. 

Par Catherine Lecompte

Cette semaine, une association d'habitants de la métropole rouennaise se mobilise pour préserver ses guichets SNCF. 
SOS gares, c'est son nom, réclame leur maintien pour assurer les ventes de billets, mais aussi plus d'agents dans les trains ou sur les quais. En fin de semaine ernière, les militants de SOS Gares ont manifesté à Oissel, Sotteville les Rouen et St Etienne-du-Rouvray.
 
la gare de Oissel / © France 3 Normandie
la gare de Oissel / © France 3 Normandie

Comment est née cette association ?

Elle est toute jeune car elle date de mai 2018 quand les usagers de la gare de oissel ont appris que leur guichet risquait de fermer. Ils ont alors lancé une pétition où plus de 3 000 signatures ont été récoltées. 
Résultat : une rencontre avec le vice président de région qui a promis de maintenir le même niveau de service public.

Mais l'association reste vigilante, elle continue d'interpeller sur l'importance des guichets. Les clients, rencontrés sur le terrain, sont eux aussi favorables à la présence des agents en gare.
 
itw des usagers SNCF


Quelle est la volonté de la SNCF, un projet de fermeture de guichets est il en cours ?

La sncf fait valoir une augmentation de ses ventes sur mobile ou internet et invoque par conséquent une baisse des ventes directes aux guichets. Elle indique une diminution de 10 à 15 % chaque année. 

Pendant les 12 prochains mois, l'entreprise promet donc de faire des choix mais en concertation avec la région et les élus, au cas par cas. En clair, des guichets seront bien fermés, d'autres verront leurs horaires réduits et des alternatives seront également proposées.

La SNCF développe en parallèle le service vidéo avec un système de caméra pour informer à distance. Des agents seront maintenus dans certaines gares pour aider un public plus âgé à manier les bornes. 

Autre nouveauté à l'étude : à terme, les billets seront aussi en vente dans les bureaux de poste ou de tabac qui accepteront cette nouvelle mission. Une nouveauté qui laisse l'association SOS gares plutôt sceptique. Pour Jean-Louis Dalibert, Président de SOS gares, faute de formation, il leur sera difficile d'apporter un service de qualité.
 

itw SOS gares

Dernière précision, SOS gare fait partie du collectif Convergence national rail. Il fédère les usagers et les cheminots inquiets de l'avenir du service public. Ils demandent une réhumanisation des gares, avec plus d'agents sur les quais, dans les trains, dans la même lignée que ceux qui se battent pour le maintien des petites gares.

Ils ont aussi créé un comité de vigilance citoyenne pour le service public ferroviaire en Normandie.
Une nouvelle journée d'action sera d'ailleurs organisée le 13 mai prochain.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sandy Voyen , chargé défense et protection civile, Préfecture 14

Les + Lus